CinémaPortraits et Interviews

Xavier Dolan, en hommage à toutes les mères

 25 ANS ET DEJA AU PANTHEON

Je garde un souvenir très précis de ce sentiment étrange, mêlant admiration et jalousie, lorsque je choisissais mes idoles. Robert Smith, David Bowie, David Lynch, Margueritte Duras, Romy Schneider, Nicolas De Staël… toutes avaient cette maturité insolente, une compréhension innée, immédiate du monde et des sentiments. Cette capacité à traduire si jeunes les affres de l’amour, les angoisses les plus intimes ne cesse de me fasciner.

Xavier Dolan est de cette trempe, avec une conscience aigüe de la force qu’il porte en lui. Il s’agit pourtant d’un être fragile, à la sensibilité exacerbée. Comment pourrait-il en être autrement lorsqu’on délivre à 25 ans un tel monument de cinéma.

Dolan réinvente la passion -dans le fond comme dans la forme- insufflée au travail de ses prédécesseurs, Lelouch, Campion, Van Sant et d’autres encore. Mais la puissance, la fulgurance… là est l’apanage de cet être solaire à l’intelligence animale.

LA VIE EN GRAND, POURQUOI PAS

La vie est comme un mur, un mur auquel on arrache des briques pour le malin plaisir de voir s’il peut tenir debout, malgré les plaies, malgré les crevasses gorgées d’acide qu’il nous faut supporter, un sourire de convenance au coin des lèvres.

3 personnages d’une humanité gigantesque, tout sauf banale ou convenue, se meuvent sous nos yeux, tant bien que mal. Ils tombent mais se relèvent, ils hurlent mais ils aiment, ils doutent mais espèrent. Je pourrais dire les trouvailles visuelles, l’âpreté des mots, l’intensité des regards, le combat toutes griffes dehors. Je pourrais dire comment chacun d’eux s’arc-boute pour soutenir les deux autres.

Je pourrais dire bien des choses… elles traduiraient bien piètrement le talent incommensurable de ce réalisateur et de ses 3 comédiens dans un moment de grâce dont je suis ressorti le coeur broyé. Mais là se cache le secret des oeuvres qui vous tiennent en vie. Les jambes tremblantes, je me suis extirpé de mon fauteuil les yeux brulants, épuisé. Et j’ai respiré comme cela ne m’était pas arrivé depuis 14 ans, le jour où la même émotion me submergeait en découvrant “Bloodflowers” de The Cure.

Xavier chante lui aussi des rêves baudelairiens. Rien ni personne ne lui ôtera ses rêves, jamais.

Drame de 2h18

Avec : Antoine-Olivier Pilon, Anne Dorval, Suzanne Clément

Synopsis : Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

Bande annonce

Previous post

Colore le monde... pas si innocent

Next post

Lou Marco : l'électro-Rock dans la peau

Vents dOrage

Vents dOrage

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *