Cinéma

Donnez, donnez, donnez, Dieu vous le rendra… peut-êtreGive, give, give, God will reward you … maybe

AMNESIE SALVATRICE ?

A l’heure où d’aucuns estiment inutile voire inapproprié d’inculquer à nos chères têtes blondes le moindre cours d’histoire, l’on peut trouver dans ce film un bon argument de lutte et son argument contraire, d’ailleurs. Certes les références et réflexions philosophiques peuvent sembler un rien naïves. Mais ne perdons pas de vue qu’il s’agit là de l’adaptation d’un roman pour adolescents. Alors que “Divergente” m’avait laissé de marbre, “The giver” restera à mes yeux un joli conte non sans rappeler les univers de “1984” côté littérature ou de “The island” côté cinéma. La population est conditionnée, décérébrée, sans émotions et donc sans âme car tout sentiment, toute connaissance du passé ont été proscrits.

TORDRE LE DISCOURS ET ILS Y CROIRONT

Comment construire son propre avenir sans racines ? Sommes-nous des pions d’un jeu bien trop puissant pour être pleinement lucides de ce qui se trame ? Peut-on vivre sans le moindre libre arbitre, pas même de choisir son métier, être affecté à une famille selon des critères génétiques ? Même s’il ne le dit pas ouvertement, le film parle aussi d’une société sans Dieu. Normal, puisque c’est Dieu qui tue, pas les hommes, pas les religions… le tour de passe-passe est habile ou grossier, selon le prisme que l’on choisit. Cela ne vous rappelle rien ? La parabole est pourtant beaucoup plus réaliste que nous ne sommes prêts à le croire. Mais donnez leur du pain et des jeux et vous les préparerez à tout accepter, jusqu’à cette éthique inversée autorisant à tuer le faible, l’anormal, le déviant. Ca ne vous rappelle toujours rien ? Le IIIème Reich se réincarne parfois dans un discours bon teint. Et nous le gobons chaque jour un peu plus.

Science Fiction/Film d’anticipation adapté du roman “Le passeur” de Loïs Lowry de 1h37
Metteur en scène : Phillip Noyce
Avec : Brenton Thwaites, Meryl Streep, Jeff Bridges, Odya Rush, Katie Holmes, Alexander Skarsgard, Taylor Swift
 

Synopsis 

Dans un futur lointain, les émotions ont été éradiquées en supprimant toute trace d’histoire. Seul “The Giver” a la lourde tâche de se souvenir du passé, en cas de nécessité. On demande alors au jeune Jonas de devenir le prochain passeur…AMNESIA SAVING?

At a time when some believe unnecessary or inappropriate to teach our little darlings any courses in history, we can find in this film a good argument to fight and argument to the contrary, in fact. Certainly references and philosophical reflections may seem a naive thing. But do not lose sight that this is an adaptation of a novel for teenagers. While “Divergent” had left me cold, “The giver” will remain in my eyes not a pretty tale reminiscent of the world of “1984” or literature side of “The Island” movie side. The population is dependent, mindless, emotionless and therefore soulless as any feeling, any knowledge of the past have been banned.

TWIST SPEECH AND THEY BELIEVE

How to build their own future without roots? Are we pawns in a game far too powerful to be fully lucid what is happening? Can we live without any free will, not even choose his profession, be assigned to a family, according to genetic criteria? Even if he does not say openly, the film also speaks of a society without God. Normal, since it is God who kills, not men, not religions … the tower is clever sleight or coarse, depending on the prism is chosen. Does it remind you of anything? The parable is yet much more realistic than we are willing to believe. But give them bread and games and you prepare to accept everything, even this inverted ethics authorizing kill the weak, the abnormal, the deviant. It will always remind you of anything? The Third Reich sometimes reincarnated in a good discourse complexion. And we gobons each day a little more.

Science Fiction / Film anticipation adapted from the novel “The Giver” by Lois Lowry 1:37
Director: Phillip Noyce
With: Brenton Thwaites, Meryl Streep, Jeff Bridges, Odya Rush, Katie Holmes, Alexander Skarsgard, Taylor Swift

SYNOPSIS

In the distant future, emotions have been eradicated by removing all traces of history. Only “The Giver” has the daunting task of remembering the past in case of necessity. It then asks the young Jonas to become the next passer …

Previous post

Un Woody m'a piqué !Woody stung me!

Next post

Une liste à la Prévert... laissant un goût amerA list Prévert ... leaving a bitter taste

Vents dOrage

Vents dOrage

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *