MusiquePortraits et Interviews

Concert de Garland Jeffreys au Divan du Monde : “Matador” et “Hail Hail Rock N Roll”

Garland Jeffreys, né le 1er janvier 1944 à Brooklyn, quartier de New York, est un auteur-compositeur-interprète et musicien afro-américain.

Garland Jeffreys est diplômé de l’école des arts de l’université de Syracuse où il rencontre Lou Reed avant la formation du Velvet Underground. En 1966, il joue dans des boîtes de nuit de Manhattan. Grinder’s Switch, le groupe qu’il fonde en 1969, sort un album unique avant la séparation de ses membres en 1970. Garland Jeffreys enregistre son premier album solo, Garland Jeffreys chez Atlantic Records en 1973.

“Matador”, le 2 Juin 2012

“Hail Hail Rock N Roll”n le 2 Juin 2012

Nouvel album sorti le 29 Mai 2012
http://itunes.apple.com/fr/album/the-king-of-in-between/id510628219
http://garlandjeffreys.com/

 

Une chanson appelée Wild in the Streets qui n’était pas incluse sur le LP est saluée par les stations radios alternatives et devient un de ses titres les plus connus. En 1977 cette version de Wild In The Streets, sortie uniquement en 45 tours jusqu’alors, est reprise sur la face 2 de l’album Ghost Writer que Garland Jeffreys enregistre pour A&M Records.

Il accède véritablement à la reconnaissance en 1979 avec l’album « American Boy & Girl » et le titre « Matador » suite à son passage dans l’émission Chorus (émission) d’Antoine de Caunes.

Depuis plus de quarante ans, Garland Jeffreys a accompagné, outre son meilleur ami Lou Reed, les plus grands musiciens comme John Cale, Sonny Rollins, Paul Simon et Bob Dylan avec qui il fraternise.

Il s’inspire de son ami Bob Marley pour de nombreuses compositions comme Color Line et Welcome to the World. «On s’est immédiatement entendus. Il s’amusait à me vanner en patois créole. On ne s’est jamais vraiment quittés».( L’express, 22 juin 2006).

Il côtoie par la suite le dub poète Linton Kwesi Johnson à Londres ou Bruce Springsteen qu’il rejoint sur la scène de Bercy pour entonner « Buffalo Gals ».

Garland Jeffreys reste peu médiatisé alors qu’il a traversé tous les genres musicaux du Reggae en passant par la Soul, la Pop, le Blues et le Funk. Il est présent dans The Soul of a Man, le film documentaire américain réalisé par Wim Wenders en 2004 dans la série Le Blues, produite par Martin Scorsese.

Wild In The Streets
a été repris par plusieurs artistes comme The Circle Jerks, Chris Spedding ou les British Lions, tout comme « Hail, hail Rock’n’Roll », un hommage à Frankie Lymon, aussi connu que l’album eponyme de Chuck Berry.

The Observer saluera la sortie de son album Don’t Call Me Buckwheat comme un questionnement sur le thème du racisme ( Spencer, Neil: “Garland Jeffreys: Don’t Call Me Buckwheat”, The Observer, 15. Dezember 1991, S. 47.) où il interpelle sur la violence verbale et la condition des noirs. (Buckwheat signifie sarrasin, terme utilisé pour désigner les negroes )

À l’instar de Patti Smith, sa musique fait partie intégrante de la ville de New York qu’il célèbre dans « New York Skyline ».

Discographie

2011: The King of In Between
2006: I’m Alive (Compilation)
1997: Wildlife Dictionary
1992: Matador & More…
1991: Don’t Call Me Buckwheat
1983: Guts for Love
1982: Rock ‘n’ Roll Adult
1980: Escape Artist
1979: American Boy & Girl
1978: One-Eyed Jack
1977: Ghost Writer
1973: Garland Jeffreys
1969: Grinder’s Switch Featuring Garland Jeffreys
http://garlandjeffreys.com/

 

Previous post

Billie Holiday, entre neige et charbon

Next post

La vie en rose et noir

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *