ÉvènementsPortraits et Interviews

Akiza au pays de Dalì

600-Bandeau-Dali-fait-le-mur-vents-dorage-la-parizienne

“DALI FAIT LE MUR”

Quelle riche idée qu’a eue l’équipe de l’Espace Dalì à Montmartre d’inviter une vingtaine de street artistes à venir dialoguer avec le maître du surréalisme. Je me suis laissé dire, au gré des discussions lors de cette journée ensoleillée du 10 septembre consacrée au vernissage presse et artistes, que l’ambition tient à accroître l’attractivité du musée sur le public parisien. Car il est vrai que ce lieu culturel majeur est finalement méconnu des habitants de la capitale. L’essentiel des visiteurs sont des touristes étrangers. Il était donc grand temps de réparer cette injustice et le pari pourrait bien être tenu au vu du succès médiatique que l’initiative génère.

NYC À MONTMARTRE

Véronique Mesnager, commissaire de l’exposition, porte un immense sourire lorsqu’on l’interroge sur les premières retombées du projet. D’une part elle est, comme nous, comblée par la qualité des oeuvres concoctées par les heureux sélectionnés, des tous premiers artistes contributeurs au développement de l’art urbain dans les années 60 à la fine fleur de la scène street art actuelle, mais aussi par la splendide fresque collective créée le jour-même donnant à la Butte des airs new-yorkais.

D’autre part la scénographie, loin de sacraliser l’oeuvre dalienne en reléguant les street artistes dans une salle annexe et sombre, suscite un dialogue virtuel entre un peintre aimant en secret visiter l’atelier d’artistes capables d’inventer ce qu’il n’avait fait lui-même, et le mouvement urbain. C’est d’ailleurs ce que relate le catalogue de l’exposition où sont consignée chacune des lettres adressées par les street artistes à Dalì pour exprimer leur reconnaissance, leur admiration, ou témoigner de l’inspiration suscitée par son immense travail.

LA POUPÉE À MOUSTACHE

L’exposition est donc une réussite totale et si nombre d’oeuvres séduisent et rivalisent avec celles de l’hôte, mon coup de coeur va à un couple dont les créations ornent les murs de la capitale comme de leur propre galerie. Des pochoirs en noir et blanc magnifiques et délicats comme de la dentelle de Bruges, autour d’un personnage unique et multiple tout à la fois, la poupée Akiza qui leur vaut leur nom de scène. Montmartre n’est pas un musée mais la somme de talents, passés et bien vivants, à découvrir d’urgence, sur ses pentes, dans ses galeries et… à l’Espace Dalì.

Exposition du 11 septembre 2014 au 15 mars 2015 à l’Espace Dalì, 11 rue Poulbot, Paris 18e, métro Abbesses ou Blanche

L’Espace Dalí est ouvert tous les jours de l’année de 10h à 18h.

> Site de l’Espace Dalì

Akiza La Galerie, 3 rue Tholozé, Paris 18e,métro Blanche ou Abesses

Akiza La Galerie est ouverte tous les jours de 14h30 à 19h30.

> Page Facebook de la Galerie Akiza

Previous post

Film "Les Lendemains qui Chantent" par Vents d'Orage

Next post

Havres de paix sur grand écran

Vents dOrage

Vents dOrage

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *