Ecrivains contemporainsMusiquePortraits et Interviews

Christine Deviers-Joncour, les cris vains de la République

INTERVIEW VIDEO DE CHRISTINE DEVIERS-JONCOUR 2012

RENCONTRE AVEC “LA PUTAIN DE LA REPUBLIQUE”

Le 21 Mai 2012
Comme une suite de clichés persistants, j’ai rendez-vous à Pigalle avec Christine Deviers-Joncour.
Nous passons par “République” pour aller Rive Gauche à l’Hôtel Seven, nous nous retrouvons dans la seule suite, digne d’une Mata Hari : la 007.
Des photos, une interview, une bouteille de Champagne et tous les clichés tombent face à la vérité sincère d’une femme seule face à la phallocratie.

Cette femme m’a toujours intriguée.
Belle brune,fine, élégante aux histoires scandaleuses, ouvrant sa gueule même et surtout s’ils et elles refusaient de lui donner une tribune, je l’ai toujours imaginée comme l’héroïne d’un film d’espionnage que je suivais à travers les médias !
Christine en jean, Christine en robe, Christine en soie, Christine en croco, Christine en cuir, Christine en taule, Christine écrit, s’explique à la radio et à la TV.
Plus elle fait du bruit plus il est difficile de la faire disparaitre.
Christine Deviers-Joncour est une Elfe face à “ces Messieurs d’en haut”.

J’ai interviewé une femme lucide, sincère et sensible, blessée et éternellement belle.

Lieu : Le Seven Hotel, Paris – Suite 007

BIOGRAPHIE

Christine Deviers-Joncour, née le 28 juin 1947 (64 ans) à La Cassagne (Dordogne), est connue dans le cadre de l’affaire Elf. Elle a reçu d’importantes commissions de ce groupe chimique et pétrolier public ainsi que du groupe d’armement Thomson pour obtenir de Roland Dumas, alors ami et surtout ministre des affaires étrangères de François Mitterrand, l’autorisation de vendre des frégates militaires à Taïwan.
1965 : Christine Deviers épouse Jean-Jacques de Peretti, directeur politique proche de Jacques Chirac et avec lequel elle aura un fils, prénommé Frédéric.
1976 : divorcée, elle se remarie avec Claude Joncour, responsable commercial chez Thomson dont elle aura un second fils.
1988 : elle rencontre Roland Dumas.
1989/1993 : Christine Deviers-Joncour est recrutée par Elf, par André Tarallo à la demande d’Alfred Sirven. Sa relation avec le ministre des Affaires étrangères Roland Dumas est un atout.
1997 : incarcération provisoire pendant cinq mois et demi à la prison de Fleury-Mérogis
1998 : Christine Deviers-Joncour publie la Putain de la République. Le titre reprend un qualificatif que lui avait donné un magistrat.
2000 : sortie du livre Opération Bravo
2003 : sortie de son maxi-single sous le pseudonyme Christine DJ (4 titres originaux et 1 remix).
2005 : sortie du livre Corruption – Une affaire d’États : La femme à abattre. C’est ainsi que veut apparaître Christine Deviers-Joncour dans ce “livre-confession” qui décrit des “aspects méconnus” de sa vie.
2006 : Christine Deviers-Joncour épouse Alf Emil Eik, musicien, compositeur et producteur en Norvège.
2006 : Après les saisies effectuées par le fisc incluant les comptes bancaires de ses deux fils (à la suite de donations reçues de leur mère) et ses biens meubles, le fisc lui réclame encore 11 millions d’euros.
2010 : Sortie de son livre Nuits blanches.
2011 : Sortie de La Morsure du Rat, un e-book vendu sur son site Web: http://www.christinedeviersjoncour.com/
2011 : Sortie de Insilico, un e-book vendu sur son site Web: http://www.christinedeviersjoncour.com/
2012: “Ces messieurs d’en haut” Editions JC Gawsewitch.

AFFAIRE DUMAS

Employée par la société Elf-Aquitaine en qualité d’intermédiaire, de 1989 à 1993, elle a été impliquée dans l’affaire Dumas, survenue en marge de l’affaire Elf et l’affaire des frégates de Taiwan.

Christine Deviers-Joncour, ancienne maîtresse de Roland Dumas, a été condamnée à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, et 1,5 million de francs d’amende pour « recel d’abus de biens sociaux ».

La justice a conclu que « son embauche par Elf, en 1989, sans qualification professionnelle ni expérience des affaires, ne s’explique que par la relation qu’elle entretenait avec Roland Dumas ».

En 2002, Jean-Pierre Thiollet écrit dans son livre Les Dessous d’une Présidence « Que cela plaise ou non, Christine Deviers-Joncour est l’une des femmes clés de notre époque qu’elle incarne ».

La juge Eva Joly refusa d’instruire le dossier des Frégates de Taiwan. Pour sa défense, Christine Deviers Joncour contribua à mettre cette affaire en lumière.

NOTES ET REFERENCES

Jean-Pierre Thiollet, Les Dessous d’une Présidence, Anagramme éditions, 2002.

BIBLIOGRAPHIE

La Putain de la République, J’ai lu, 1999 (ISBN 2290052418)
Opération Bravo, Pocket, 2000 (ISBN 2266106333)
Relation publique, LGF, 2000 (ISBN 225314939X)
Trio, Pauvert, 2001 (ISBN 2720214213)
Toi masculin mon féminin, Editions du Rocher, 2004 (ISBN 2268050238)
Corruption : Une affaire d’Etats, Editions du Rocher, 2005 (ISBN 2268052621)
Les Amants maudits de la République, Pharos, 2005 (ISBN 2756900001)
Nuits Blanches, Jacques Marie Laffont Éditeur, 2010 (ISBN 978-2-36124-004-2)
Ces messieurs d’en-haut …, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, mai 2012 (ISBN 2350133397)

Fimée au Seven Hôtel, 20 rue Berthollet – 75005 Paris
www.christinedeviersjoncour.com
Article sur l’ouvrage de Christine Devers-Joncour sur PoliticInside.frwww.christinedeviersjoncour.com

Previous post

Les seins sexe-posent pour la bonne cause :la sensibilisation contre les risques du cancer du sein

Next post

"Sensitives" sensations, frissons et émotions

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *