ÉvènementsPortraits et InterviewsSport

Pegase & Icare, un spectacle Gruss époustouflant !

UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Alexis Gruss est le grand père des plus jeunes artistes que l’on trouve sur scène dans le spectacle Pégase & Icare. L’histoire de cette dynastie est plus ancienne encore, puisque c’est André Charles Gruss qui l’a fondé avec son épouse. Ils sont les arrières grands parents d’Alexis, venant déjà de familles de forains.
L’Alexis que nous connaissons aujourd’hui porte le même nom que son oncle décédé en 1985 ainsi que celui de son parrain. Il a fondé le 25 mai 1974 le « Cirque à l’Ancienne » devenu en 1983 le Cirque National Alexis Gruss.  Il est marié à Gipsy Gruss, « mère d’artistes », puisqu’ils ont eu ensemble deux fils,  une fille et cinq petits enfants, tous font partis des spectacles.
La famille Gruss est accompagnée par la troupe des Farfadais depuis 2014. Ce sont des acrobates aériens parmi les meilleurs au monde, composés de 4 femmes et 6 hommes. Ils ne se quittent plus et allient, ensembles, de merveilleux tableaux entre ciel et terre.
Ces deux groupes d’artistes aux talents multiples ont fait de leur différences une richesse créatrice et ont imaginés un cirque nouveau.
Aujourd’hui ils sont 6 mois à Paris, puis 6 mois non loin d’Orange. C’est là-bas, dans ce qu’ils appellent leurs «quartiers d’été » , qu’ils créent leur nouveaux numéros.
Le spectacle Pégase & Icare est à Paris du 17 octobre 2015 au 6 mars 2016 au Bois de Boulogne, avant de repartir en tournées pour 22 spectacles dans pas moins de 11 Zéniths pour diffuser son art, et sa magie.
Sur de la musique rock! 
Le spectacle de 2h30 est en accord avec un superbe orchestre dont le chef est Sylvain Rolland. Tous les styles de musiques sont joués : pop, jazz, et surtout rock… Il souligne la gestuelle des artistes en piste, puisqu’il s’agit d’un spectacle vivant. C’est un challenge que Sylvain Rolland est fier de relever, aux côtés de cette famille d’artistes, tous mélomanes, musiciens, et tous aussi respectueux de son art que Sylvain l’est du leur.

LES CHEVAUX

Il y 48 étalons de race frison, lusitanien, trait, arabe, pure race espagnole, alka téké, ibériques. Il y a aussi 4 poneys falabella femelles, qui sont les plus petits chevaux du monde. Ils choisissent des étalons pour leur robustesse et leur grâce. Les races sont sélectionnées en fonction des numéros. Les Frisons pour la liberté, les Ibériques pour la haute école, les Traits pour les portés. Il n’y a pas de préférence de la part des cavaliers et voltigeur, chaque cheval est monté par tous les artistes. Ils arrivent tous a 2 ans, en ne sachant rien faire, c’est eux qui leur apprennent tout.  Dans tous les cas, c’est Alexis Gruss, homme de cheval, qui sélectionne son équipe idéale, pour construire la cavalerie qui lui ressemble, qui correspond à sa personnalité et où il communique grâce au langage de l’amour.

LA RÉPÉTTION 

Je me rend au Bois de Boulogne le 20 novembre 2015, pour rencontrer les artistes du cirque. C’est une chance pour moi, qui suis sportive et cavalière. J’ai le privilège de pouvoir assister ensuite au spectacle.
Milieu d’après-midi, je suis dirigée sous le chapiteau. Les jumeaux, Charles et Alexandre Gruss, s’entraînent a jongler debout sur un cheval lancé au galop, le tout sur un petit cercle de 13 mètres de diamètre! Je m’installe dans les gradins, et n’en perds pas une miette! Le cheval s’appelle Eros et ils n’ont de cesse de le féliciter en le caressant, ce qui ne me laisse pas indifférente et dénote une belle complicité entre eux. Je suis impressionnée par l’aisance des deux voltigeurs.
Alexandre est debout sur le cheval au galop, et jongle avec 4 quilles. Il rate une fois.. Je suis un peu gênée de me trouver là a ce moment, mais il réussis le tour suivant.
Lorsqu’ils finissent, je traverse le chapiteau destiné aux spectacles et me retrouve de l’autre côté, celui où personne n’a la chance d’aller en dehors des artistes.. Il y a les écuries, le palefrenier qui s’active, l’odeur des chevaux, les membres de la famille qui se pressent. L’ambiance est magique à ce moment précis. Les jumeaux sont là et se rendent disponibles aux questions.

LA RENCONTRE AVEC CHARLES ET ALEXANDRE GRUSS

Camille : Quel âge avez-vous?
Charles et Alexandre : 21 ans
C : Comment sélectionnez-vous les chevaux?
C&A : Ce sont uniquement des étalons, parce qu’ils sont plus musclés, ils ont plus d’allure et aussi plus de crinière que les juments qui sont en plus parfois imprévisibles.
C : Vous les gardez jusqu’à leur retraite?
C&A : Ils sont avec nous jusqu’à leur mort.
C : Et vous vous entraînez dès votre plus jeune âge sur ces étalons, ce n’est pas dangereux? 
C&A : On s’entraîne très tôt, mais sur les chevaux les plus froids, et les plus gentils qu’on aient.
C : Vous a – t-il paru logique d’intégrer le cirque de votre grand père lorsque vous étiez petits? 
C&A : On a grandi tous ensembles, et on a été émerveillés par le cirque, on s’est entraînés dur, et on s’est donné les moyens de pouvoir l’intégrer.
Charles-alexandre-gruss1-la-parizienne
C : Comment gérez vous les études? 
C&A : Avant, on changeait tout le temps d’école, puis on a prit les cours par correspondance, on a eu le Bac tous les deux. Maintenant on a un prof qui nous suit, mais il est surtout là pour qu’on ne régresse pas.
C : Y a-t-il des membres de la famille qui ne souhaitent pas faire partie de ce cirque? 
C&A : Oui, mais c’est très rare.
C : Vous êtes de vrais athlètes de haut niveau, j’imagine que vous avez un entraînement type musculation, cardio en plus? 
C&A : Oui, on est obligés pour tenir la cadence, on fait de la musculation, on s’entretient.
C : D’où vient l’inspiration pour les nouveaux tableaux, différents a chaque spectacle?
C&A : Nous mettons tous notre grain de sel, et on les transmet a notre père, c’est lui le metteur en scène.
C : Réussissez vous a conjuguer cette vie, si prenante, avec des activités « extra » cirque? 
Charles: On arrive a sortir, avoir des amis, mais moins que des jeunes de notre âge qui n’ont pas cette vie. En plus, Alexandre est un tombeur! Il a pas mal de copines en dehors du cirque!
C : Vous faites de la musique?
Alexandre : Oui, je fais de la batterie et de la guitare électrique.

RENCONTRE AVEC ALEXIS GRUSS

Directeur de cirque depuis l’âge de 27 ans, il fait partit des maîtres écuyers les plus connus au monde. Il excelle dans trois domaines de la piste : la liberté, la haute école et l’acrobatie équestre.  Il a obtenu de nombreux titres plus nobles les uns que les autres : Chevaliers des Arts et des Lettres, Chevalier de la Légion d’Honneur, Chevalier de l’ordre du Mérite Agricole, Grand prix National du Cirque, Prix Oscar Carré du Cirque à Amsterdam, titulaire du Trophée Epona d’Or, Clown d’Or du festival du Cirque de Monte-Carlo. Cet homme est une incarnation de ce que symbolise l’harmonie avec les chevaux. Ce fut très impressionnant de se trouver face a lui, et aussi très enrichissant.
« On existe que par les autres » A. Gruss
C : Parlez-nous de vous, comment cette histoire a-t-elle commencée?
AG : C’est l’histoire d’une rencontre, à chaque fois.
Tout a commencé avec mes arrières grands parents. C’était un tailleur de pierre, et une écuyère. Ils ont accueillis des chevaux, et mon arrière grand père est tombé amoureux.
C : Combien de spectacles avez-vous crées?
AG : J’ai crée 37 spectacles, je me suis inspiré de thèmes historiques en rapport avec les chevaux. En 2014 j’ai rencontré les Farfadais, qui sont acrobates aériens, d’où m’ai venue l’idée de mélanger ciel et terre, avec Pégase & Icare qui sont deux figures de la Mythologie grecque. Les chevaux représentent Pégase, cheval ailé, fils de Poséïdon et les acrobates évoluant dans les airs, représentent, eux Icare, fils de Dédale, qui s’est fabriquer des ailes en cire et les a fait fondre en s’approchant trop près du soleil.  C’est par les rencontres que naissent de belles choses.
C : Jusqu’à quel moment les chevaux sont-ils présentés sur la piste, devant le public? 
AG : Les chevaux sont présentés dans les spectacles tant qu’ils sont présentables, comme moi!
C : Comment se déroule le montage ici à Paris? 
AG : C’est beaucoup d’organisation, surtout en ce qui concerne la terre, je veux qu’il y ait 80 mètres cube sous le chapiteau pour que les chevaux marchent sur quelque chose de vivant. Si je jette des graines d’avoine dessus, au bout de quelques jours, il y aura des germes. C’est ça le plus important pour moi, que nous soyons dans un univers fertile. Le cirque est fertile.
C : Pourquoi avez-vous une éléphante? 
AG : L’éléphante fait partit de ma vie et de ma famille. Ceux qui sont contre n’ont rien comprit. Moi je suis pour l’éducation. L’humain est fait pour sublimer la nature et non la détruire. Nous devons perfectionner la nature puisque nous sommes les seuls a pouvoir le faire.
« Le cirque est un lieu, ce n’est pas un spectacle » A. Gruss

Pégase & Icare, spectacle unique, rempli de rêve et d‘émotion, fruit d’une rencontre entre deux troupes d’artistes différents mais complémentaires, dont le but est l’esprit de famille. C’est l’accord parfait entre homme et cheval.

 « Dans notre milieu à nous, le défi, c’est le cheval » A. Gruss

By Camille Agulhon 

Merci à Justine Allary pour les photos !

A Paris, jusqu’au 6 mars 2016. Infos, horaires, et réservations sur le site officiel : www.alexis-gruss.com

Bandeau-cirque-gruss-camille-la-parizienne

740-30-40-bandeau-livingstone-interview-sergi-lopez-la-parizienne
Previous post

Rencontre avec Sergi López

couv-livre-mes-annee80-la-parizienne
Next post

Ebouriffantes années 80

Camille

Camille

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *