MusiquePortraits et Interviews

Interview de FM LAETI, For The Music

> CHAINE YOUTUBE LA PARIZIENNE

Paris, le 22 septembre 2014

FM LAETI, vous vous souvenez ?

A La PariZienne on l’adore. On l’avait interviewée il y a 2 ans et demi pour la sortie de son album….

Depuis, la petite chanteuse timide et intimiste a mûri son style, ciselé sa présence scénique et affirmé ses valeurs musicales.

Elle nous offre un nouvel opus de son talent en studio et bientôt en live. Son nouvel album est une cure de vitamines, pop et coloré, vivace et enjoué. Ne la manquez pas le 24 Novembre au Nouveau Casino, à Paris.

A DEUX REPRISES, fin 2012 et au printemps 2013, la famille s’est retrouvée. Et pour écrire la suite de sa belle histoire, elle s’est isolée en Provence, le temps de deux retraites créatives. Dans cette nouvelle aventure, chacun a trouvé sa place. Laeti avait composé des textes, François-Marie en jouait avec sa guitare ou des claviers, Pierre-Marie les accompagnait avec un instrument de fortune. «Le plaisir d’être à nouveau réunis à trois et coupés du monde nous a aidé à retrouver notre inspiration, disent-ils d’une même voix. De là, des heures d’improvisations, des dizaines de bouts de mélodies ont été sauvegardées sur un petit magnéto.

«L’idée était d’écrire en flux tendu, de manière intuitive, pour le simple plaisir de jouer et de chercher ensemble. Une chanson, à nos yeux, est le reflet d’un moment que l’on a célébré ensemble, comme une projection inconsciente vers un autre présent. C’est un élixir qui aide à mieux faire passer la réalité, pour nous reconnecter aux autres à travers un rêve harmonique commun». De retour à Paris, le trio a écouté et retravaillé ce qui lui plaisait.

LAETI A MONTÉ SA VOIX et, sans perdre ce qui l’a fait connaître ni ses racines, le groupe a changé de braquet. «Le premier album était résolument soul, folk et acoustique. Le second plus pop, coloré et orchestral, avec des sonorités d’aujourd’hui, est destiné à faire bouger. Sans se renier, puisqu’on garde des clins d’oeil à la old school, on s’est amusé, on a joué avec toutes sortes de tonalités et quantités d’instruments».

«On cherchait des sons de claviers et des samples de batteries plus synthétiques que les sons acoustiques que nous avions utilisés jusque là. Souvent, Laeti dansait tout en écrivant les premiers mots à chanter. FM était debout au piano ou à la guitare tout en envoyant des rythmiques et PM insufflait de nouvelles directions dans nos inspirations».

Le propos est plus enlevé, mais parfois grave. Toutes ensemble, les chansons composent les différentes stances d’une histoire d’amour, avec ses attentes et ses joies, ses orages et ses manques, et l’envie, au delà des peines, de recommencer. Une envie positive.

INFLUENCES

Le trio derrière FM LAETI est constitué d’enfants de la musique. Ils y ont baigné depuis leur berceau. Et ils en ont gardé le meilleur, un sacré mélange à base de noir et blanc qu’on perçoit à l’écoute ou en filigrane : Mick & Keithbien sûr, mais aussi Michael Jackson ou John Lennon, Cindy Lauper, Kid Créole, Quincy Jones, Paul Simon, Michel Berger, The Funk Brothers, Bill Withers, Sly Stone & Stevie Wonder, mais aussi les Fugees et leur rap cool, les surdoués de Phoenix, la Sud-Africaine Miriam Makeba et son ethno-jazz, Fabien Maman et son tao du son, ou encore les ambiances suggérées par Cassavetes, Atlantis, Ian Fleming ou Mata Hari. FM LAETI a bu à toutes ces sources sans jamais les resservir de façon appliquée.

UNE VOIX, UN COMPOSITEUR, UN TRIO

Elle, c’est Laeti, Laetitia Bourgeois, la voix. Une voix qui fait tout et joue comme elle veut. Lui, c’est FM, François-Marie. Mais For the music est un disque composé à trois mains si l’on ajoute Pierre-Marie, frère de FM et producteur de l’album, omniprésent depuis le début du projet et jusque dans ses dernières finitions.

UN GROUPE

« Cet album, c’est aussi la chance d’avoir pu travailler avec Marlon B., le co-réalisateur de l’album avec FM. En septembre et octobre 2013, nous avons enregistré dans son studio Magnetica à Ménilmontant. Une vraie complicité s’est rapidement instaurée. Il a réussi à donner ce qui manquait aux démos : une vraie direction artistique pour chacun des titres. De là, nous les avons retravaillés (structure, clefs, énergie, tempo). Marlon étant lui même batteur, il a su nous offrir une approche rythmique bien plus élaborée et ressentie que dans nos premiers essais. Comme lui, quantités de musiciens -et pas des moindres!- se sont progressivement agrégés autour de ce second projet de FM LAETI pour prodiguer leurs conseils For the Music. En tête de liste, au coeur de l’été 2013, Christophe «Disco» Minck a ouvert à l’équipe son Kraked Unit, lieu magique qu’il partage avec Loïk Dury, son complice qui a lui aussi tendu une oreille bienveillante aux différents morceaux. Autant que Jean-Max Méry (claviers), Ludo Bruni (guitare) et tous les autres. »

Clip Wanna Dance

BIOGRAPHIE

Comme Les Abymes, la petite ville guadeloupéenne où elle est née, Laetitia est sensible aux tressaillements de la terre. Et comme son île, qu’elle aime appeler Karukera «l’île aux belles eaux» en arawak, la langue originelle, elle affiche une personnalité solaire et une culture métissée.

Laetitia Bourgeois a grandi dans l’amour de la musique. Son père fut le premier batteur du groupe Kassav’ et sa mère participera à la création d’une école de musique à Pointe-à-Pître. Laetitia a très tôt été initiée à la scène, aux rythmes caraïbes, à la biguine, au Gros Ka.

Quand elle a sept ans, ses parents se séparent et, deux ans plus tard, c’est le départ avec sa soeur pour le Canada. Après un passage par Vancouver, la famille s’établit dans le Manitoba. La petite princesse des îles va apprendre à dompter les grands froids. La musique est toujours présente puisque son beau-père canadien est pianiste classique. Dans la maison résonnent désormais Mozart, Bartok, Messiaen et Miles Davis mais aussi Salif Keita, Mory Kanté, Michael Jackson ou les Beatles.

Laeti fait bientôt partie de la chorale du conservatoire local. C’est une évidence : son instrument sera sa voix. Elle se spécialise dans le jazz vocal et le gospel. Pratique également la danse vingt heures par semaine. Elle veut être chanteuse mais tout autant danseuse étoile.

À dix-sept ans, elle rejoint l’Université de Knox, près de Chicago. Elle commence à écrire des textes et étudie l’art et le théâtre. Et en 2002, diplôme en poche, elle part pour Paris et ses lumières, elle en rêvait. Tour à tour comédienne, voix off anglaise et demoiselle costumière, elle arpente aussi les planches et apprend au contact de diverses formations de jazz, comme l’avait fait son père avant elle. C’est dans ce parcours qu’elle fera une rencontre déterminante. En 2009, invitée sur Radio Campus, elle se trouve face à un compositeur, François-Marie Dru. En une heure à peine, l’évidence de leur complicité les saisit. Ils ne se quitteront plus. François-Marie est lui aussi métissé de musiques noires et blanches, à l’image des enfants indignes de Chuck Berry, de Ray Charles et B.B. King, qui se nomment Beatles ou Stones, Clapton ou J.J Cale.

À eux deux, Laetitia et François-Marie forment FM LAETI. Et après quelques mois à composer leurs premiers titres, le duo s’agrandit, rejoint par Pierre-Marie Dru, frère du compositeur, producteur et fondateur de Pigalle Production.

A l’été 2010, ils enregistrent leur premier album avec Yann Arnaud au studio de la Frette. Ils sont entourés de Christophe Minck, Steve Arguelles, Laurian Daire, Ludovic Bruni, Fatoumata Diawara et plusieurs autres musiciens. L’album sera mixé par le talentueux Stéphane Briat. En mai 2011, sort le single Rise in the Sun puis, en octobre, l’album It Will All Come Around. S’ensuit une tournée de deux ans.

Fin 2012, Laeti, FM et PM s’enferment dans une maison en Provence et commencent à écrire les premiers titres de ce qui deviendra leur deuxième album, For the Music.

FICHE ARTISTIQUE

Laetitia Bourgeois : chant, choeurs

François-Marie Dru : guitares, keyboards, choeurs

Marlon B. : batterie, percussions

Christophe « Disco » Minck : basse, contrebasse, harpe

Jean-Max Méry : piano, keyboards, vocoder

Ludovic Bruni : guitares

Fabrice « Cub1 » Colombani : percussions

Steve Argüelles : batterie

Fred Avril : arrangements, guitare

Vincent Mougel : choeurs

Thomas Naïm : guitares

Guillaume Briard : saxophones

Didier Bolay : trompette, trombone

Guillaume Eyango, Fanny Llado, Valérie Belinga et Obam Zoé-Obianga : choeurs

Ronan Maillard : orchestrations

Matthieu Noé : sound design

F.A.M.E.’S. Project : orchestre

Paroles et Musiques : François-Marie Dru & Laetitia Bourgeois © Pigalle Production sauf Run Run Run : Paroles et Musiques par Phoenix © Ghettoblaster Publishing.

Réalisé par Marlon B. et François-Marie Dru sauf You Inspire Me : Marlon B. et Fred Avril.

Arrangements : François-Marie Dru sauf You Inspire Me et Rock Matata : Fred Avril & François-Marie Dru.

Prise de son et editing : Marlon B. et Geoffroy « Djouf » Berlioz au Studio Magnetica.

Mixé par Marlon B. au Studio Magnetica.

Masterisé par Chab au Studio Translab.

> Site Officiel de FM Laeti

> (1) Article “La PariZienne” FM Laeti 2012 / La Cigale

> (2) Article “La PariZienne” FM Laeti 2012 / Café de la danse

Paris, le 22 septembre 2014

FM LAETI, vous vous souvenez ?

A La PariZienne on l’adore. On l’avait interviewée il y a 2 ans et demi pour la sortie de son album….

Depuis, la petite chanteuse timide et intimiste a mûri son style, ciselé sa présence scénique et affirmé ses valeurs musicales.

Elle nous offre un nouvel opus de son talent en studio et bientôt en live. Son nouvel album est une cure de vitamines, pop et coloré, vivace et enjoué. Ne la manquez pas le 24 Novembre au Nouveau Casino, à Paris.

Previous post

L'incroyable show des Fills MonkeyThe Fills Monkey and The Incredible Drum Show

Next post

Un Woody m'a piqué !Woody stung me!

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *