MusiquePortraits et Interviews

Asha Bhosle, la Diva indienne, pour la première fois à Paris le 8 Mai 2014

Paris, le 6 Mai 2014

Quantité n’est pas signe de qualité, mais rappelons juste un chiffre Asha Bhosle a enregistré environs 11.000 chansons, essentiellement pour Bollywood. A titre de comparaison, Johnny Hallyday n’en a enregistré qu’un gros millier. Jeudi 8 mai elle se produira pour la première fois à Paris.
Enorme vedette en son pays, consacrée au milieu des années 1990 par le groupe anglais Corneshop dans la chanson “Brimful Of Asha”, la phrase « She’s the one that keeps the dream alive… » résume la chose à la perfection à la chose. Et bien évidemment, Boy George n’a pu s’empêcher de chanter avec cette grande dame au même moment.

En fait, quel que soit le film retenu on y entendra à coup sûr une chanson d’Asha Bosle, bon il est vrai que malgré une production de 800 millions de films annuels et presque 500 millions de dollars de revenus annuels, trois noms reviennent sans cesse dans ce cinéma : Mohammed Rafi, Lata Mangeshkar et sa jeune sœur Asha Bosle.
Cette dernière, née en 1933 a toujours baigné dans une ambiance musicale et chante depuis l’âge de 11 ans. Son père était lui-même acteur, mais il est mort alors qu’elle n’avait que 9 ans. Sa grande sœur, Lata alors âgée de 13 commence à prêter sa voix dans des films pour subvenir aux besoins de sa famille, bientôt suivie par Asha. « Lorsque j’ai commencé à chanter pour le cinéma, je n’ai pas cherché à mener une autre carrière de chanteuse, déjà parce que ça me prenait beaucoup de temps, mais aussi parce que chanter pour le cinéma Bollywood était une sorte de consécration. En Inde il n’y a pas mieux pour être connue et pour gagner sa vie. »
Dans les années 1980, Asha se mariera avec le réalisateur Rahul Dev Burman pour lequel elle chanta une dizaine d’années plus tôt des morceaux qui ont fait le bonheur des DJ occidentaux et autres compilateurs.

Les films Yadoon Ki Baraat, Muqaddar Ka Sikandar, Hum Kisise Kum Naheen sont même devenus des classiques du genre. Sans oublier Shalimar, de Hrishna Shah.
Des incontournables, premières œuvres que l’on Interrogés sur cette rencontre entre musique un peu kitsch indienne et le rock forcément occidental et blanc, Asha répond que c’était parce que son mari voulait se démarquer de ses collègues.

« Rahul Dev était quelqu’un de foncièrement curieux, et il n’avait qu’une envie explorer de nouvelles sonorités. C’est pour cela qu’à un moment il se branche sur le rock, ou plutôt qu’il saupoudre sa musique de nouvelles épices. »

Lata fascine par son timbre de voix toujours exact, même si légèrement grinçant et très haut perchée. Jamais mariée, elle sut insuffler un vent de révolution sexuelle dans les productions cinématographiques en glissant progressivement vers un funk lascif et débridé.

Bandeau-Asha-Bhosle-Paris-Mai2014-la-parizienne

Sa jeune sœur se spécialisa dans les ambiances câlines et les soupirs d’extase. Un érotisme soft, peut-on même parler d’érotisme ?, qui fit rêver des millions d’hommes.
Car le cinéma indien aime raconter des histoires d’amour façon West Side Story, dans lesquelles la rivalité entre deux prétendants est prétexte à des chorégraphies d’anthologie et où le dénouement n’intervient jamais avant 2 heures 30 de spectacle.

Asha est aujourd’hui accompagnée du Metropole Orkest. Elle affirme que le chant est l’art le plus respecté dans son pays. A voir les quelques extraits sur YouTube on veut bien la croire, et l’on a hâte de l’apprécier pour de vrai. Surtout qu’au menu il y a ce moment d’anthologie qu’est “Dum Maro Dum” du mythique film Hare Rama Hare Krishna.
By Dominique Planche et Christian Eudeline

> Réservation au Théâtre du Chatelet

Bandeau-Asha-Bhosle-Paris-Mai2014-la-parizienne

Asha Bhosle, the “Nightingale of Asia”, will do three special concerts with the world-famous multi Grammy nominated Metropole Orchestra conducted by Arjan Tien in the Netherlands and in France to promote their upcoming album they produced together. The greatest diva from BOLLYWOOD and the Metropole Orchestra will be presented in a concert May 3 in Amsterdam at the Royal theatre Carre, May 4 in the Hague at the Anton Philipshall and on May 8 at the prestigious théâtre du Châtelet in Paris. The cooperation established last year at the successful concert on behalf of her 80th birthday at the Worldforum in The Hague.

The 80 years old Diva was rewarded and mentioned in the Guiness book of records as most recorded artist on the planet. Even after more than 14000 recordings she is still full of energy. She has requested the Dutch organisation Live in Europe to produce the album and the European tour. Many Golden Oldies from her rich career are performed with special arrangements for the Metropole Orchestra. Initiated by agency Live in Europe BV-Amstel records and Los Production.

> Reservation Théâtre du Chatelet

Previous post

Le showcase d'Imelda May : un rockabilly exceptionnel ! Images

Next post

LeSpark en concert au Bus Palladium le 17 Mai : du bon Rock comme avant

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *