Théâtre

Le bureau et la vie, c’est la jungle !

Hard Copy  ****

HARD, LE MOT EST BIEN CHOISI

S’aventurer en petite nouvelle dans un espace professionnel pour le moins miné, c’est ce qu’attend la 4ème protagoniste de cette œuvre acerbe, faussement drôle, coupante comme la lame du rasoir que les 3 autres manipulent avec une dextérité du barbier. La thématique des conditions de travail et du monde pervers de l’entreprise n’était que peu abordé au théâtre mais récemment il m’a été donné de voir deux autres pièces, qui a leur manière rejoignent le propos de “Hard Copy”, notamment “Elise et la vraie vie” que je chroniquais ici il y a peu. Et il est bien question de perversion : certes les grands groupes savent créer le climat délétère d’une lutte sans merci. Mais l’on évite ici les lieux communs en ce sens qu’il s’agit bien davantage de dépeindre un modèle social et sociétal dans son ensemble. Les conventions, l’ascension, les sourires faux-culs, le mari à combler en bonne mère et en putain, le look et le fitness… tout le vide de l’existence passe en revue à une rythme de mitraillette et l’on en viendrait presque à détester les actrices s’évertuant à la vacherie du propos, aux coups bas et même à l’élimination du plus faible si cela permet de maintenir les équilibres et la façade.

 Hard-copy-photo1-la-paeizienne

COPY, LE MOT RESUME TOUT

Evoluer dans une société comme dans la Société fait de nous des moutons de Panurge sans cervelle, sans personnalité, sans noblesse. Et encore, si ce n’est que pour notre propre mal… Mais non, ces moutons sont porteurs de la rage. Ils bavent, s’écharpent, fomentent, fulminent, agressent, raillent, dézinguent, se gaussent, pavanent… il faudrait multiplier les verbes à l’envi pour décrire la médiocrité et la méchanceté de nos misérables ambitions. Quel triste sort. On cherche ce qui fait que le monde va si mal, derrière un discours bon teint rejetant le tort sur l’autre, le différent et le collectif surtout. L’erreur est pour le coup grossière car tout un chacun contribue -par ses mesquineries, ses bassesses, son besoin irrépressible de mettre le moi au-dessus de tout- à faire de ce monde un enfer d’égoïsme et d’angoisse. L’amour est totalement absent de cette pièce intrigante et redoutable. Le texte est imparable, la mise en scène mécaniste est bien huilée, les comédiennes pimpantes et machiavéliques… Bienvenu dans la modernité !

Hard-Copy-photo2-la-parizienne

Théâtre contemporain d’environ 1h10

Auteur : Isabelle Sorrente

Metteurs en scène : Nicolas Gaudard, Justine Chalbon

Avec : Marjorie Ciccone, Louise Corcelette, Ghita Serraj, Lani Sogoyou

PITCH 

Course à l’excellence : la mécanique irréprochable et absurde de quatre employées standardisées se détraque et le bureau devient arène.

Un bureau comme une arène, un huis clos drôle et absurde, où évoluent quatre employées obsédées par le même idéal de réussite et de perfection, et qui semblent agir selon des codes parfaitement assimilés. Mais dans cette mécanique irréprochable quelque chose se détraque…

A l‘Essaïon Théâtre du jeudi au samedi à 21h30, jusqu’au 27 juin

Plan d’accès

Réservations

HARD-COPY-LA-PARIZIENNE

> Site de La Compagnie des Corps Saints

Previous post

Pascal Legitimus : Interview

Next post

Les bons films avant le désert estival

Vents dOrage

Vents dOrage

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *