Portraits et InterviewsThéâtre

Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit

“Autour de ma pierre il ne fera pas nuit” : *****

DEUXIEME ESSAI TRANSFORME AVEC BONHEUR

Voici ce que j’écrivais il y a quelques semaines au sujet de cette pièce “Autour de ma pierre il ne fera pas nuit”, venue d’ailleurs, de nulle part et pourtant d’ici, bien d’ici, au coeur de nos êtres qui persistent à demeurer… humains. Cette oeuvre est reprise en cette rentrée théâtrale dans la jolie salle de l’Essaïon.

TOMBER EN AMOUR

Un soir de match télévisé, 20 millions de lobotomisés par cette maudite coupe du monde – dont j’eus pu être – ne s’étaient pas déplacés à Saint-Denis. Quelle gageure pour la directrice d’un master que d’inviter au sein d’une université de banlieue le théâtre profond et exigeant de Fabrice Melquiot.

Et bien ces 20 millions ont eu tort. Comme les personnages que Melquiot met et retire au monde, faudra-t-il qu’ils attendent tous qu’un proche s’en aille pour se souvenir, pour mesurer l’ampleur du gouffre béant ainsi laissé ? Cette troupe a tout fait par ses propres moyens, de la promo à la mise en scène en passant par l’habillage musical. Quelle réussite ! Vous ne pourrez manquer les représentations qui reprendront à la rentrée dans un théâtre prêt de Beaubourg.

Tous les comédiens sont formidables, vraiment. Mais…

TROIS TALENTS A L’ETAT DE DIAMANT BRUT

Agathe Quelquejay, entre Miou-Miou et Isabelle Carré, forte et technicienne. Bientôt elle lâchera prise pour laisser éclater des sentiments qui inonderont le plateau et le coeur des spectateurs. Elle devra passer par un ‘seule en scène’ pour découvrir ce qu’elle porte en elle.

Adrien Capitaine, christique, irradiant. Une voix timbrée et pleine que tous les metteurs en scène shakespeariens rêvent de croiser un jour. Subtil, fragile mais trop malin au jeu, encore, il raclera bientôt ses poings au crépi d’une oeuvre derrière laquelle il ne pourra pas se cacher. Incroyablement posé, aujourd’hui. Incroyablement sensible demain, il pleurera en scène et vous fera pleurer aussi. Vous êtes prévenus.

Fabian Ferrari, déjà vu dans un one man show qui n’en est pas un. Ou à tout le moins, bien plus que cela. Cet être d’une intelligence peu commune, singulière même, croit peut-être encore qu’il doit faire ses preuves. Sans le savoir il cherche le regard et la bénédiction de pairs qui n’en ont cure. Mais tout est là, l’immense talent qu’on reconnait à des Michel, Bouquet ou Piccoli. Il va comprendre, oublier et s’ouvrir à lui-même comme au monde. Et cette profession un rien idiote et versatile glosera sur une merveille qui n’est pas du sérail. Vaste blague mais qu’importe.

Dans les 3 cas, le théâtre s’en trouvera grandit. Merci à eux, de donner ça… je ne pourrais mieux le dire.

“Autour de ma pierre il ne fera pas nuit”, tous les lundis et mardis jusqu’au 18 novembre, au Théâtre de l’Essaïon, 6 rue Pierre au Lard dans le 4ème arrondissement de Paris, métro Châtelet-Les Halles

Previous post

Havres de paix sur grand écran

Next post

Simon Abkarian & The Rhythm Men et Haylen en 1ère partie ce soir au Balajo !

Vents dOrage

Vents dOrage

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *