Théâtre

Automne ensoleillé

LE CHANT DES OLIVIERS ***

ODE PAGNOLESQUE

Pénétrer pour la toute première dans une antre mythique comme le Théâtre du Spendid est une émotion en soi. Le souvenir de quelques pièces vue à l’adolescence sur petit écran ressurgirent au moment même où les comédiens entrèrent sur cette scène un rien exigüe. Quel bonheur de retrouver là un comédien aussi généreux que Jean-Claude Dreyfus dans une pièce dont les thèmes, le décor étaient si chers à Marcel Pagnol. La bonne chair, la tendresse, la transmission, le soleil de Provence… tout est réunit pour inviter à se replonger avec délice dans les romans d’un auteur indémodable. La truculence et la carrure de Dreyfus évoquent nécessairement celles de Raimu. Oui mais voilà, l’auteur est contemporaine et l’époque se montre bien plus rude qu’au temps bénis de « La femme du boulanger ».

Dreyfus-la-parizienne

CHANT CONTRE L’OUBLI

Les embrassades cèdent bientôt la place aux vrais raisons qui poussent cette jeune femme à rendre visite à un vieil ami hébergé dans la maison de ses parents décédés. L’amitié a ces limites, comprenez-vous. Alors pour mener à bien ses projets, mais peut-être aussi pour tourner la page d’un passé douloureux, l’on en vient à sacrifier le patrimoine familial et ce(ux) qui s’y trouve(nt). C’est bien d’une comédie sociétale dont il est ici question. Les relations intergénérationnelles sont abordés avec force justesse. L’originalité scénaristique réside dans un renversement de situation qu’on ne voit pas venir. L’intermédiation viendra du compagnon ambitieux mais peut-être plus généreux et sensible que son front haut et son verbe ne l’avait laisser penser. L’épilogue s’en trouvera donc changé mais pour découvrir comment,, il vous faudra prêter l’oreille au chant du mistral dans les oliviers et vous laisser couler dans la chaleur enveloppante du midi…

Comédie sociale d’1h20 environ

Auteur : Marilyn Bal

Metteur en scène : Anne Bouvier

Avec : Jean-Claude Dreyfus, Julia Duchaussoy, Frédéric Quiring

Affiche-le-chant-des-oliviers-dreyfus-la-parizienne

PITCH

Jacques, ancien restaurateur à la retraite et sans grandes ressources, habite seul dans la maison provençale de sa filleule Léa. Quand elle vient lui rendre visite le temps d’un week-end, l’ambiance est au beau fixe… mais pas pour longtemps ! En réalité, Léa est venue pour lui annoncer son mariage imminent et son projet d’achat d’un restaurant avec son futur mari, Fahed, un jeune cuisinier d’origine libanaise. Or ce projet ne verra le jour que si Léa vend sa maison… celle où vit Jacques.

Voilà qui contrarie sérieusement les heureuses retrouvailles… Conflits générationnels, opposition culturelle et confrontation d’ego entre cuisiniers vont faire monter la tension, faisant ressurgir de lourds secrets de famille… Entre éclats de rire et coups de gueule, Jean-Claude Dreyfus, Julia Duchaussoy et Frédéric Quiring s’étreignent et se déchirent au fil de cette comédie douce-amère.

Du 24 septembre au 28 novembre – du mardi au samedi à 19H00 au Théâtre du Splendid

Théâtre du Splendid

48 rue du Faubourg Saint-Martin – 75010 Paris

Plan d’accès

Réservations

Previous post

La misère est moins pénible au soleil

Next post

Catastrophic Cluedo

Vents dOrage

Vents dOrage

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *