ÉvènementsMusiquePortraits et Interviews

Pascal Legitimus : Interview

Paris, le 7 mai 2015

Lorsque vous voyez Pascal Légitimus, vous pensez aux inconnus, au sketch de Marie-Thérèse à l’hôpital, aux 3 frères, à la chanson sur le fisc ou Auteuil-Neuilly-Passy,  de Crimes en série et j’en passe ! Vous n’imaginez pas que son métissage est antillais mais aussi Arménien par sa mère. Cette particularité portée depuis maintenant un demi siècle a donné naissance à un spectacle actuellement à Bobino« Alone Man Show »

Pascal-Legitimus-les-inconnus-la-parizienne

pascal-legitimus-crimes-en-serie-la-parizienne

Crimes en série – 1998 – 2003

Acteur et réalisateur français, né le 13 mars 1959 à Paris, d’une mère française d’origine arménienne et d’un père antillais, Pascal se dévoile enfin dans « Alone Man Show »

Avec subtilité, lucidité et humour, ses origines sont passées au scanner et ce qu’il nous offre sur scène est un véritable bonheur. Tout y passe : la religion, la musique, la cuisine, le social, les histoires de couples, le métissage sous toutes ses formes.

« Je raconte une histoire, avec un début, un milieu, une fin, avec des personnages que j’ai rencontrés, que j’ai côtoyés et que j’incarne. Je suis Arménien dans la vie, Antillais sur scène. Ca dévoile bien la bipolarité du personnage. » S’il y avait une morale à retenir  ?« J’ai été ballotté entre les deux cultures. Arménien, ça ne se voit pas. C’est vrai qu’il y a un délit de faciès, on ne voit que le côté antillais. J’avais envie de rétablir la vérité. »

Rencontrer à Marrakech lors de la pose de la première pierre de l’école de cuisine franco-marocaine (encore un métissage) de Christophe Leroy, nous avions fait un pacte en fin de nuit, en se tapant dans la main pour une interview à Paris et à l »endroit de mon choix. Non, nous n’étions pas ivres et ce n’était donc pas une promesse d’ivrogne. D’ailleurs, Pascal ne boit pas et ne mange que de bonnes choses. Cuisinier, amateur de croissant aux amandes et de chocolat chaud, c’est à l’Académie du Pain que ce rendez-vous s’est concrétisé.

Legitimus-Marrakech

Pascal Legitimus et la cuisine

La PariZienne : Nous nous sommes rencontré chez Christophe Leroy à Marrakech pour la pose de la première pierre de son école de cuisine franco-marocaine. Es-tu un fin gourmet?

Pascal Légitimus : Qui n’aime pas les bonnes choses ? Ce qui m’a interessé c’est que moi je cuisine.et je suis curieux de la cuisine étrangère. : exotique et orientale. Je n’aime pas ce qui es piquant mais j’aime ce qui est épicé. J’avais envie de participé à cette aventure culinaire sur le week end, ce qui n’est pas désagréable parce qu’on est invité dans un cadre qui est très très beau, Le Jardin d’Inés. C’était très festif. C’est bien aussi de donner un coup de main à quelqu’un qui est généreux. Le but de cette opération est de monter une école de cuisine pour les locaux. Toutes ces raisons font que je suis allé à Marrakech et que je suis un fin Gourmet.

La PariZienne : Cuisines-tu souvent ?

Pascal Légitimus : Je cuisine tous les jours. Qu’est ce que je vais faire ce midi ? Qu’est-ce que je vais faire le soir ? C’est une réflexion permanente. J’estime que la cuisine est un acte d’amour. A partir du moment ou tu aimes les gens, tu as envie de leur faire plaisir et tu prends ton temps. Et c’est important de prendre son temps. Le matin, tu fais ton marché comme tout le monde, et puis il y a la table – je ne suis pas fanatique de la super tablée avec les bougies et les petites perles – Sans prétention, les gens, lorsqu’il sortent de ma table sont heureux.

Pour moi, c’est important de cuisiner avec des choses de première qualité donc je n’hésite pas à me déplacer, à faire des kilomètres, je n’hésite pas à commander des paniers bio de personnes qui font de la culture raisonnée et forcément la cuisine que je fais a une saveur particulière mais qui est une saveur « normale ».

Le sourire des gens qui te croisent

La PariZienne : Comment vis-tu le sourire des gens lorsqu’ils te croisent ? Est-ce toujours un plaisir pour toi ?

Pascal Légitimus : Moi qui est souffert du racisme et du délis de faciès jusqu’à mes 17 ans et quand l’inverse se produit de 19 ans, à partir du moment où je suis connu lorsque j’ai commencé au théâtre de Bouvard dans les années 80 jusqu’à aujourd’hui, évidemment ! On a tous besoin d’amour, d’être touché, d’être aimé, c’est le lot de tous les êtres humains. Quand on est en carence affective, ça fait mal.Moi quand je vois les rappeurs être dans un rapport d’agressivité, de se moquer de la société ou aborder les problèmes graves, c’est un appel au secours, c’est une revendication. Alors quand on m’arrête dans la rue pour me dire « grâce à vous ma fille qui est à l’hôpital a passé un très bon moment parce que c’était dur pour elle », ou lorsque je sais qu’une amie enceinte a été sauvé lorsqu’elle a vu au Grand Rex l’avant première des Trois Frères 1 et des Trois Frères 2, et elle a tellement ri que ça a déclenché quelque chose et heureusement parce que son bébé avait un problème. Grâce à ce déclenchement, ils ont fait une échographie et se sont rendu compte qu’il fallait tout de suite intervenir. Moi je trouve ça super d’avoir un métier utile et nécessaire. Et comme disait Jean-Jacques Rousseau, le comédien a une fonction sociale. Mine de rien, il y a l’effet miroir qui se met en place.C’est pour ça que es hommes d’église ne nous aimaient pas et qu’on était excommunié, c’est qu’on montrait au peuple ce qu’il était. Quand on faisait rire le peuple, le peuple était heureux, quand il était heureux, il n’y a pas de danger, pas d’épée de Damoclés de notion du diable, pas de diable pas d’église, pas d’église pas d’argent, pas d’argent pas de pouvoir. C’est un peu le livre d’Umberto Eco au Nom de la Rose, ce fameux livre qui fait rire et qu’on cache, parce qu’il déclenche du bonheur.

Pascal Légitimus, Les Inconnus, le cinéma et message pour Eric Libiot (critique de cinéma de l’Express)

Pascal Légitimus et la musique

Mon coup de coeur est pour un groupe que je suis depuis leur début : Earth Wind and Fire. Je les ai découvert en 1973. J’étais encore gamin au lycée. J ‘ai du acheter leur premier album en 1974 !

By Dominique Planche

 Pascal Légitimus – Alone man show

De Pascal Légitimus, avec Gil Galliot, Rémy Caccia et Arnaud Gidoin. Mise en scène de Gil Galliot.

Pascal-Legitimus-alone-man-show-la-parizienne

Bobino

20, rue de la Gaîté,75014 Paris

Dernières représentations : le 29 et 30 Mai 2015 !

infos

Vendredi 29 mai 2015 21h00 de 26 € à 46 €
Du 29 au 30 mai 2015 21h00 de 26 € à 46 €
Samedi 30 mai 2015 21h00 de 26 € à 46 €

740-Dom-legitimus-christophe-leroy-marrakech-jardin-dines-la-parizienne

Au Jardin d’Inés, Marrakech

> Site Officiel de Pascal Légitimus

> Page Facebook de Pascal Légitimus

> Twitter de Pascal Legitimus

> Filmé à l’Académie du Pain, 30 rue d’Alésia – Paris 14

PARIS ME SLAME PISCINE
Previous post

Paris me slame d'amour : j'aime les piscines à Paris

HARD-COPY-Bandeau-la-parizienne
Next post

Le bureau et la vie, c'est la jungle !

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *