MusiquePortraits et Interviews

Blondie est de retour avec un 10ème album, aussi craquante et Rock que jamais !

Qu’est devenu le groupe « Blondie » ?
Chris Stein : Ça change tout le temps, Paul (Carborara) qui a été notre guitariste pendant douze ans nous a quitté, et un jeune gars l’a remplacé, Tommy… Les choses ne cessent d’évoluer.
Debbie: Par rapport à la France nous n’avons pas eu de chance, nous aurions du venir plus régulièrement, mais à chaque fois que nous étions en tournée nous n’avions pas de date chez vous, donc… Je m’en excuse, mais c’est le genre de choses que nous ne contrôlons pas. A aucun moment nous n’avons essayé d’éviter de venir ici parce que ça a toujours été génial.
Chris Stein : Nous étions coincés en Angleterre UK…

Blondie n’a jamais cessé ses activités alors ?
Debbie: Non…
Chris Stein : C’est quelque chose qui n’a pas de fin, on y consacre tout notre temps et énergie.
Debby : Ce n’est pas toujours évident de survivre dans un business aussi physique et fantasque, mais nous avons toujours essayé de surnager. Aussi longtemps que nous aurons un public nous jouerons pour eux.

Avoir été longtemps ensemble est-ce une force ?
Chris Stein : Ho je ne sais pas, comment cela se serait passé autrement ? Est-ce une force ou une faiblesse, peut-être les deux…
Debby : Je ne pense pas que ce soit une force.
Chris Stein : C’est une bonne chose car nous nous connaissons assez pour être en confiance, nous pouvons nous entraider.

Pourquoi avoir opté pour une image aussi sexy façon Brigitte Bardot ?
Debbie: Je pensais que c’était une bonne idée à l’époque, je trouvais cela intéressant et différent. J’admirais depuis toujours ces actrices et je voulais leur ressembler. Le personnage que j’étais en train de créer leur correspondait. Je voulais combiner le côté sexy du septième art avec le côté rock du groupe.
Chris Stein : Personne ne dégageait une image aussi sexuelle que Mick Jagger, le rock and roll à cette époque là était dominé par les hommes. Et lorsque Debbie a débarqué ça a été comme un choc. Mais je ne pense pas que Debbie soit allé aussi loin que ce que faisait beaucoup d’hommes, mais comme c’était des hommes on l’acceptait mieux.
Chris Stein : Je pense que ce que le public aime dans Blondie c’est que rien n’était préconçu, nous n’avons rien planifié, nous n’avions pas de styliste et Debbie s’habillait comme bon lui semblait…Elle est arrivée dans ce rôle de femme forte, prenant à contre pieds toutes ces victimes.
Je dis souvent que Janis Joplin avait tout d’une femme forte, mais ces textes ne racontaient que le contraire « Ball and Chains, « Women is Losers »Debbie dégageait une image de femme forte, de gagnante.

[nggallery id=195]

Comment l’avez-vous dépensé tout cet argent ?
Chris Stein : On a tout dépensé…
Chris Stein : Je n’ai pas l’impression que l’on ait tout récupéré.
Debbie: Je ne crois pas que l’on ait gagné autant que ce que les gens s’imaginent…
Chris Stein : C’est tellement dur de se faire payer parfois.
Debbie: Il sait comment dépenser de l’argent, pour ça il est plutôt doué.

Debbie tu es sur les tee-shirts maintenant, qu’est-ce que ça fait ?
Debbie : C’est inhérent à mon métier en tant qu’artiste ,en tant que femme d’affaire oui je suis confrontée à ma propre image parfois. Mais j’ai travaillé dur pour créer ce personnage. En tant qu’artiste, qu’actrice, figure de proue du groupe, c’est ce que j’ai fait. On peut dire que pour moi ça a marché, c’est là ma réussite. Mais je dois faire attention car je veux garder un œil sur ce qui sort. J’ai beaucoup de propositions de merchandising, mais il y en a plein que je refuse parce que je ne les aime pas. Je suis très impliquée dans ces objets qui portent mon image, ils doivent me plaire d’abord.

Utilisez-vous internet ?
Debbie : Je tweet, j’envoie des tweets à quelques amis. J’en suis d’autres. J’essaye de rester connecter un peu plus. Pendant longtemps j’étais isolé, je suivais une politique d’isolement. Mais j’entre dans une nouvelle phase désormais.
By Dominique Planche et Christian Eudeline


Ghost of The Download – Mai 2014 – 10e album

Blondie sera au festival les Déferlantes d’Argelés sur Mer, du 7 au 9 Juillet 2014
Et au Rock en Seine le 22 Août 2014

> Page facebook de Blondie
> Site Officiel de Blondie
@BlondieOfficial

Paris, January 10th 2014
What happened with Blondie ?
Chris Stein : It keeps changing all the time. Paul (Carborara) the earlier guitar player we had for twelve years left, and we have a young guy, a young gun Tommy (Kessler). It keeps evolving you know.
Debbie: In terms of just being and playing in France, we have been unfortunate. We should have been here every year. You know when we do a tour, but we just didn’t get the booking. So… I apologize, but it seems to be out of our control. But it’s nothing we were trying to avoid coming here, because it’s always wonderful.
Chris Stein : We were stuck into the UK…
Debbie: Yes but this was last summer we finally did get the deal to do big French festivals and also Belgium festival, so we got to be in front of our audience again.

Would you say that the band Blondie is the definitive project ?
Debbie: Yeah for sure.
Chris Stein : Yes It’s an on going thing, it concerns on of our time and our energy.
Debbie: Some manages to survive in a business that can be very physical and very temperamental. And some how we have managed to keep going. Sometimes it’s not easy but I think as long as we have an audience we’ll probably play, keep playing.

The fact that you’ve had this long story together, is it a strenght ?
Chris Stein : Ho I don’t know, no I don’t know what would be different really… I don’t know if it’s a strength or a streak. Maybe too…
Debbie : I don’t feel like it’s a strength.
Chris Stein : No I think it’s good. You know we both are very secure in other’s helps…

Why did you choose to be a kind of Brigitte Bardot in this world of rock and roll ?
Debbie : I thought it was a good idea at the time, I thought it was very interesting and different. And I always said that I admired those women you know, those film stars and that was a sort of what I created myself to look like you know. I wanted to have that image. I wanted to combine the film image with the rock, the band.
Chris Stein : Certainly Mick Jagger was overly sexual anybody could be. But rock and roll was very much male dominated. So, when she came out it was more A shake up to people I think, doin’ that stuff. I don’t think that Debbie did was any lot more that a lot of guys did, but it was accepted because they were men.
Chris Stein : I think one of the things that people like about Blondie it was not very preconceive, we never planned and had stylist and things like e that it was more what she felt naturel to be doing.
She was coming out of a this female role as the position of being strong an positive as oppose of being victimized.
I always say that Janis Joplin was very strong powerful but all her lyrics are about her being abused « Ball and Chains, « Women is Losers »… And all that stuff. She is just saying that right there. I think she came much more as a positive female role model.

You sold millions of albums. How did you spend all that money?
Chris Stein : I don’t think we got it all !
Debbie : I don’t think that we have made as much money as people think we have made.
Chris Stein : It’s so wetty to get paid.
Debbie : He likes to spend money, he knows how to spend money… He’s good.

Debbie you are on T-shirts now, what does that matter?
Debbie: I think it’s part of you know what I do. You know as an artist being a business woman, as well, sometimes I bit those personal confrontations. I worked hard to create a character. As an artist, as an actor, front person, front of other bands. You know that’s what I’ve done. So for me and all of that it works. That’s my success. So I have to be careful I want the things to look nice. I get a lof of offers, I get a lot of things presented to me, that I can’t I don’t like it all. So I am very much involved in making sure that things which going out I like.

Do you use the internet?
Debbie : I tweet I’m tweeting occasionally. I tweet friends you know. I’m following friends you know, try to connect people more. For a long time I was isolated I was in the isolation policy. And I think now I’m sort of getting into a new phase.

By Dominique Planche and Christian Eudeline

Previous post

LeSpark en concert au Bus Palladium le 17 Mai : du bon Rock comme avant

Next post

Rock en Seine : Le festival qu'il ne faut pas rater ! Le 22, 23 et 24 Août 2014

La PariZienne

La PariZienne

2 Comments

  1. […] Monkeys / The Hives / Jake Bugg / Gary Clark Jr / Volbeat Scène de la Cascade : Die Antwoord / Blondie / Wild Beasts / Cage The Elephant Scène de l’Industrie : Trentemoller / Mac Demarco / Pegase […]

  2. […] Monkeys / The Hives / Jake Bugg / Gary Clark Jr / Volbeat Scène de la Cascade : Die Antwoord / Blondie / Wild Beasts / Cage The Elephant Scène de l’Industrie : Trentemoller / Mac Demarco / Pegase […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *