MusiquePortraits et Interviews

Angélique Kidjo, une des 100 femmes les plus influentes du monde

 

 

¨Pour la sortie de son 1er album live  » Spirit Rising « , enregistré lors d’un grand concert pour la chaine de télé américaine PBS à Boston, Angélique Kidjo est de passage à Paris pour sa promotion.
C’est grâce à Yazid Manou que je vais la rencontrer.
Elle restera de midi à 19h non stop à répondre à des journalistes, sans jamais se défaire de son sourire et de son éclatante bonne humeur.

Angélique Kidjo est une chanteuse béninoise, née le 14 juillet 1960 à Cotonou, quelques semaines avant l’indépendance de l’ex-Dahomey, connue pour la diversité de ses influences musicales et l’originalité de ses clips. Également auteur et compositeur, elle est lauréate des Grammy Awards à plusieurs reprises. Parmi ses succès, on trouve les chansons Agolo, We We, Adouma, Wombo Lombo, Afirika et Batonga. La BBC l’a incluse dans sa liste des 50 icônes du continent africain. Time Magazine l’a appelée la Première Diva Africaine et elle fait partie de la liste établie par The Guardian des 100 femmes les plus influentes au monde.

Ses influences musicales sont la pop africaine, la musique des Caraïbes, le zouk, la rumba congolaise, le jazz, le gospel, et les styles latins. Elle est inspirée aussi par les artistes qui ont bercé son enfance : Bella Bellow, James Brown, Aretha Franklin, Jimi Hendrix, Miriam Makeba et Carlos Santana.

Kidjo parle couramment le fon, le français, le yoruba et l’anglais. Elle chante dans ses quatre langues natales. Sa chanson Malaika, de l’album Logozo, est en swahili. Elle utilise souvent la technique vocale Zilin et le Vocalese.

Biographie

Angélique Kidjo est née à Cotonou, au Bénin. Son père est un Fon de Ouidah et sa mère, Yorouba, directrice d’une troupe de théâtre et femme d’affaires avertie3. Dès l’âge de six ans, elle intègre la troupe de théâtre de sa mère, ce qui fait naître en elle le goût pour les musiques et les danses traditionnelles. Elle commence à chanter au sein du groupe Les Sphinx et, adolescente, rencontre le succès grâce à son adaptation pour la radio nationale de la chanson de Miriam Makeba Les Trois Z. Elle enregistre ensuite l’album Pretty avec l’aide de son frère et du producteur camerounais Ekambi Brilliant. Cet album contient les chansons Ninive, Gbe Agossi et un hommage à Bella Bellow, une chanteuse togolaise qui fut l’une de ses sources d’inspiration. Le succès de cet album lui permit de faire une grande tournée en Afrique de l’Ouest. Les conflits politiques incessants au Bénin l’empêchent de poursuivre sa carrière de façon indépendante dans son propre pays.

En 1983, elle s’installe à Paris, où naît sa fille en 1993. Tout en travaillant pour payer ses frais de scolarité, Angélique Kidjo suit des cours de chant au CIM, une école de jazz parisienne réputée. Elle y rencontre son futur mari Jean Hebrail, musicien et compositeur, avec qui elle écrit la majeure partie de sa musique. D’abord choriste de groupes africains de Paris, elle devient en 1985 la chanteuse du groupe de Jazz africain Pili Pili formé par le pianiste néerlandais Jasper van ‘t Hof. Elle collabore à trois albums de Pili Pili : Jakko (1987), Be In Two Minds (1988, produit par Marlon Klein) et Hôtel Babo (1990). Elle enregistre un album solo, Parakou, pour le label de Jazz Open.

Angélique Kidjo est alors découverte à Paris par Chris Blackwell, le fondateur jamaïcain de Island Records, la maison de disques de Bob Marley et U2. Il la signe en 1991 sur son label Mango. Elle enregistre quatre albums chez Island, jusqu’au départ de Chris Blackwell. En 2000, elle signe un contrat à New York avec le label Columbia Records, pour lequel elle enregistre deux albums.

En 1998, elle s’installe aux États-Unis, où elle est d’abord étonnée que son public soit essentiellement blanc, son mariage avec un Européen (Jean Hébrail) étant mal admis par la communauté afro-américaine. Elle connait ensuite un succès partagé couronné en 2007 par un Grammy Awards4.

En 1996, elle chante au Concert du Prix Nobel de la Paix, qui rend hommage à Carlos Filipe Ximenes Belo et à José Ramos-Horta pour leur action au Timor oriental. En 1998, elle participe à la tournée Lilith Fair de Sarah McLachlan. En 2002, elle chante au Concert du Prix Nobel de la Paix en hommage au Président américain Jimmy Carter. En février 2003, Angélique interprète « Voodoo Child (Slight Return) » de Jimi Hendrix au Radio City Music Hall de New York aux côtés de la légende du Chicago Blues Buddy Guy et du guitariste Vernon Reid (de Living Colour) pour le film, produit par Martin Scorsese, Lightning In A Bottle: One Night In The History Of The Blues, un documentaire sur l’histoire du blues avec de nombreux artistes de Rock, de Rap et de Blues.

En novembre 2003, Angélique Kidjo chante à Cape Town, en Afrique Du Sud, avec Peter Gabriel et Youssou N’Dour au grand concert pour la fondation de Nelson Mandela, 46664. En mai 2004 elle participe au concert « We Are The Future » produit par Quincy Jones à Rome devant 400 000 personnes. Le spectacle a lieu au cirque Maxime avec la participation d’Oprah Winfrey, Alicia Keys, Andrea Bocelli, Herbie Hancock, Angelina Jolie et d’autres stars internationales. En mars 2005, elle chante devant 50 000 personnes lors du concert Africa Live de Dakar organisé par Youssou N’Dour pour lutter contre le paludisme avec la participation d’un grand nombre de stars africaines. En juin 2005, elle participe au concert Live 8 présenté par Angelina Jolie et Peter Gabriel à Cornwall au Royaume-Uni. En 2007, elle fait une reprise de la chanson Happy Christmas (War Is Over) de John Lennon avec sa fille pour la compilation Instant Karma: The Amnesty International Campaign to Save Darfur.

Elle part en tournée en Amérique du Nord en 2007, avec Josh Groban. Le 7 juillet 2007, Kidjo a chanté au South African leg pour Live Earth. Annie Lennox s’est jointe à Angélique Kidjo et à 22 autres chanteuses sur la chanson SING pour la lutte contre la transmission du VIH de la mère au nouveau-né en Afrique.

Angélique Kidjo a chanté au 75e anniversaire de Quincy Jones lors du Festival de Jazz de Montreux en juillet 2008. Elle a fait son premier concert au célèbre Carnegie Hall de New York le 1er novembre 2008 et a joué au Royal Albert Hall de Londres pour la première fois le 26 novembre 2008 aux côtés de Hugh Masekela pour les African Stars, concert au profit de VSO. Angélique Kidjo est l’un des interprètes de la vidéo Price of Silence produite par Amnesty International à l’occasion des 60 ans de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

À la suite de son engagement pour la campagne de Barack Obama, elle participe le 20 janvier 2009 à l’African Diaspora Inaugural Ball, un des bals organisés à Washington lors de l’investiture présidentielle.

Elle participe le 10 juin 2010 au concert de lancement de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud aux côtés de Shakira, Alicia Keys et Black Eyed Peas

Engagements citoyens

Angélique Kidjo est une Ambassadrice de Bonne Volonté de l’UNICEF depuis 20027. Avec l’UNICEF, elle a visité de nombreux pays en Afrique. On trouve les comptes-rendus de ses voyages sur le site Web de l’UNICEF8.

Kidjo a créé a Fondation Batonga9, qui soutient les études secondaires de jeunes filles africaines afin qu’elles puissent prendre part au développement en Afrique. La fondation offre des bourses, augmente le nombre d’admissions, veille à l’amélioration du niveau des professeurs, procure aux écoles des fournitures, encourage des programmes de mentors, explore les méthodes d’enseignements alternatives et milite pour la prise de conscience de l’importance de l’éducation des filles.

Elle a fait campagne au côté d’Oxfam lors de la conférence de l’OMC à Hong Kong en 2005 pour la promotion du commerce équitable et a voyagé avec Oxfam au Nord du Kenya ainsi qu’aux frontières du Darfour et du Tchad avec Mary Robinson en 2007. Angélique et sa fille participent au tournage de la vidéo In My Name avec Will I Am des Black Eyed Peas.

Elle a remis le prix de la Mo Ibrahim Foundation pour « Achievement in African Leadership » à Alexandrie, en Égypte, le 26 novembre 2007 et le 15 novembre 2008.

Le 28 septembre 2009, l’UNICEF et Pampers ont lancé une campagne pour éliminer le tétanos10 et ont demandé à Angélique Kidjo de composer la chanson You Can Count On Me. Chaque téléchargement de la chanson offre une vaccination contre le tétanos à une jeune mère en Afrique.

Angélique Kidjo a enregistré une vidéo sur sa chanson Agolo et avec les images de Yann Arthus-Bertrand pour la campagne sur l’environnement des Nations unies « Seal the Deal »

Prix et distinctions

Prix Octave RFI (1992).
Prix Afrique en Creation (1992).
Prix de la musique danoise : Meilleure chanteuse (1995).
Grammy Award : nomination pour Best Music Video (1995).
Prix Kora Music : Meilleure artiste féminine africaine (1997).
Grammy Award :nomination pour Meilleur album de musiques du monde (1999).
Mobo Awards : Best World Music Act (2002).
Grammy Award : nomination pour Meilleur album de musiques du monde (2003).
Médaille De Vermeil De La Ville De Paris (10 octobre 2004).
Grammy Award : nomination pour Meilleur album de musiques du monde (2005).
Prix Africa-Festival (2006).
SAFDA African pride Award (2006).
Grammy Award : Meilleur album de musiques du monde (2007).
Prix Antonio Carlos Jobim (2007).
NAACP Image Award for Outstanding World Music Album (2008).
Prix Go Global des musiques du monde (2008).
Grammy Award : Meilleur album contemporain de musiques du monde Best Contemporary World Music Album (2008).
Commandeur de l’Ordre national du Mérite du Bénin. (1er août 2008).
Médaille du Président de la Republique italienne. (17 octobre 2008).
Making a Difference for Women Award du National Council for Research on Women (USA, 2009)
Afropop Hall of Fame (USA, 2009)
Celebrating Women Award de la New York Women’s Foundation (USA, 2009)
Premio Tenco Prize pour toute sa carrière (Italy, 2009)
Doctor in Music, honoris causa de la Berklee College Of Music (USA, 2010)
Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres (France, 2010)12
Grand Prix Des Musiques Du Monde de la SACEM (France, 2010)
Prix Special De La Francophonie] (Washington DC, USA, 2010)
————-
4 août : Jazz in Marciac
5 août : Festival du bout du monde – Presqu’Ile de Crozon
————–
(source Wikipedia)


http://www.facebook.com/angeliquekidjo

http://www.Kidjo.com
[nggallery id=52]Link of this article : kidjo.la-parizienne.com

Angélique Kidjo wurde von ihren beiden Großmüttern und ihrer Mutter aufgezogen. Von ihrer Mutter, die ein Theater in Benin führte, erlernte sie früh das Singen und Tanzen. Ihr Vater war sehr musikinteressiert und brachte Schallplatten aus aller Welt mit nach Hause. Er zeigte ihr auch die ersten Griffe auf dem Banjo. Auch Angélique Kidjos ältere Brüder, die in einer Band spielten, übten großen musikalischen Einfluss auf sie aus. Um 1982 wanderte sie nach Frankreich aus, weil sie sich von der damaligen kommunistischen Regierung mit Gefängnis bedroht sah, da sie keine staatstragenden Lieder sang.

In Paris studierte sie Musik und kurzzeitig auch Jura, da sie sich für die Menschenrechte einsetzen wollte. Sie gab das Jura-Studium bald wieder auf, um sich voll und ganz der Musik zu widmen. Sie wurde bekannt für Weltmusik mit unterschiedlichsten musikalischen Einflüssen, zum Beispiel Musik aus ihrer Heimat Benin, Afro-Pop, R&B, Jazz aber auch lateinamerikanische und afrokaribische Musik. Einen beachtlichen Teil ihrer Lieder singt sie in den in ihrem Heimatland gesprochenen Sprachen Fon und Yoruba, außerdem singt sie in Englisch und Französisch.

Kidjo machte zudem durch ihre, aus traditionellen Tänzen weiterentwickelten, Tanz-Performances auf sich aufmerksam, die in ihren Musikvideos eine wichtige Rolle spielen.

Ihr erstes Album nahm sie 1989 auf, welches durch Zufall Chris Blackwell in die Hände bekam, der die CD über seine Plattenfirma Island Records veröffentlichte.

Nach einigen Tourneen mit Jasper van’t Hofs Pili-Pili und den folgenden drei Studioalben „Jakko“ (1987), „Be in Two Minds“ (1988), produziert vom Dissidenten-Schlagwerker Marlon Klein, und „Hotel Babo“ (1990) wurde sie 1994 mit ihrem Titel „Agolo“ (#57 in Deutschland) international bekannt. 1995 wurde sie in der Kategorie „Bestes Musikvideo“ und 1999 und 2003 in der Kategorie „Bestes World-Music-Album“ für den Grammy nominiert.

Ihr Album „Djin Djin“ (2007), auf dem unter anderem Joss Stone, Alicia Keys und Peter Gabriel als Gastsänger mitwirkten, wurde von Tony Visconti produziert.

Zu ihren prägendsten musikalischen Einflüssen gehören u. a. Jimi Hendrix und Miriam Makeba.

Am 25. Juli 2002 wurde sie zur internationalen UNICEF-Botschafterin ernannt. Seit mehreren Jahren ist sie Global Campaigner bei der Entwicklungshilfeorganisation Oxfam, bei deren Kampagnen Make Trade Fair und Control Arms sie besonders aktiv war.

2011 wurde sie mit dem Champions of Earth Award ausgezeichnet.

[nggallery id=52]

Seit Mitte der 1990er Jahre lebt Angélique Kidjo in New York.
Diskographie

Pretty (nur in Afrika veröffentlicht)
1990: Parakou
1991: Logozo
1994: Ayé
1996: Wombo Lombo
1996: Fifa
1998: Oremi
2001: Keep On Moving: The Best Of Angélique Kidjo
2002: Black Ivory Soul (Mit einem Gastauftritt von Dave Matthews)
2004; Oyaya!
2007: Djin Djin (Mit Gastauftritten unter anderem von Joss Stone, Alicia Keys und Peter Gabriel)
2010: Õÿö

Auszeichnungen

1992 – Octave RFI
1992 – Prix Afrique en Creation
1995 – Danish Music Awards als Best Female Singer
1995 – Nominierung Grammy Award für Best Music Video
1997 – Kora All African Music Award als Best African Female artist
1999 – Nominierung Grammy Award für Best World Music Album
2000 – Nominierung Grammy Award für Best World Music Album
2002 – MOBO Awards
2008 – Grammy für das Beste zeitgenössische Weltmusikalbum (Djin Djin)

Link of this article : kidjo.la-parizienne.com


Previous post

Jean-Patrick Capdevielle et la mort

Next post

Du chaos nait une étoile : Carmen Maria Vega

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *