MusiquePortraits et Interviews

Jean-Patrick Capdevielle et la mort

In the Hotel “Amour”, in Paris, on November 22nd, 2011, I have an appointment with Jean-Patrick Capdevielle.
With his sunglasses, his trousers too tight on his long legs, his scarf and his jacket, his bracelets, his ring and its charisma, I witness the entrance on stage of a true French rocker.
The interview lasts 1 h 30.
I do not grow weary and I have so many questions to ask him…
In an ambience of Parisian Café full of noise, with people, red wall seats and bistrots tables, Jean-Patrick Capdevielle tells me how he would like to die…
Throughout his history, his death’s head ring sitting enthroned on his nice hands had a small smile.

by Dominique Planche

THE ASHES

At my father’s funeral – my father was cremated, we put the ashes in an urn, my mother had insisted on having a family vault for us and when I put her ashes in it and saw the state of my father’s urn, I promised myself that they would not stay there and one day, I came to get my mother and my father’s urns, claiming that I was going to put them in another graveyard.
I put them in the boot of my car.
The day after I had to take the plane, I wrapped them in some Manilla paper, and I keep the ashes of my father and of my mother in my room, in Ibiza, in my wardrobe.
I have never opened the Manilla paper , they are always wrapped in it but they are kept dry.
For me it is very important;
One of my uncles was buried in the “Landes”, a superb coffin, etc etc.
I took a glimpse to the place where they were going to put the coffin.
It was a hole in the earth with water below.
I accept fire but not drowning.


MY DEATH

I know how I would like to die.
I would like to die seated and cross-legged, I would like to die facing the setting sun, on my own, if possible in a cave with the sea not too far and I would like not to be too cold before dying.
I would like not to be found and that my body would not be eaten by animals.
I dry out. I would like to become a kind of mummy.
I found the way to die that will hurt people as little as possible.
I think that if you want to hurt people as little as possible, you should be embalmed.
It’s true that there is a part that’s gone, it is the living part, but there is always something that is there, that is the body.
It is seated in the living room, just like that, until you get fed up of this trash there and you put it in the dustbin.
It takes one year, two years, three years, it’s like people who have their cat stuffed.
There comes a time when it becomes so full of dust that you throw it away but when that time comes, it doesn’t matter anymore, « what is this old trash ? »


THE ASHES – 2

I will keep them until death comes. I would also like, but that is another thing, another possibility : in the past, Japanese had sorts of family hotels, they are big pieces of furniture that you can find, in which you keep the urns of the ancestors.
I think that it would be the place of my urn if my dried out mummy is found and if it is decided it should be burned.
There is a lot of civilization like that, for instance in Indonesia, they bury then they clean the bones when the flesh is gone then they put the bones in containers.
In Africa there are civilizations in which the ancestors’ bones are scratched then eaten a little bit : the worship of Bweti.
There is whole handling of death and in News-Orléans also: they are regularly having parties on tombs.
By JP Capdevielle and recorded by DP

[nggallery id=7]


A l’Hôtel Amour, à Paris, le 22 Novembre 2011, j’ai rendez-vous avec Jean-Patrick Capdevielle.
Avec ses lunettes noires, son pantalon serré sur ses grandes jambes, son écharpe et sa veste, ses bracelets, sa bague et son charisme, j’assiste à l’entrée en scène d’un vrai rocker français.
L’interview va durer 1h30.
Je ne me lasse pas et j’ai tellement de questions à lui poser…
Dans une ambiance de café parisien avec du bruit, des gens, des banquettes rouges et des tables bistrots, Jean-Patrick Capdevielle me raconte comment il aimerait mourir…
Tout au long de son histoire, sa bague tête de mort trônant sur ses belles mains avait un petit sourire.
par Dominique Planche

LES CENDRES
A l’enterrement de mon père – mon père a été incinéré, on a mit les cendres dans une urne, ma mère avait tenu à ce qu’on ait un caveau familiale et quand j’ai mis ses cendres à elle et que j’ai vu l’état de l’urne de mon père, je me suis promis qu’elles ne resteraient pas là, et un jour, je suis venu chercher les cendres de ma mère et les cendres de mon père en prétendant que j’allais les mettre dans un autre cimetière.
Je les ai mise dans le coffre de ma voiture.
Le lendemain je prenais l’avion, je les ai enveloppé dans du papier bulles , et j’ai les cendres de mon père et de ma mère dans ma chambre, à Ibiza, dans mon armoire.
Je n’ai jamais ouvert le papier bulles, elles sont toujours à l’intérieur mais elles sont au sec.
Pour moi c’est très important ;
J’ai un de mes oncles qui a été enterré dans les Landes, superbe cercueil, etc etc.
Je regarde où on allait mettre le cercueil.
C’était un trou dans la terre avec ça d’eau en-dessous.
Je veux bien le feu mais pas la noyade.

MA MORT
Je sais comment j’aimerai mourir.
Je voudrais mourir assis en position jambes croisées, je voudrais mourir face au soleil couchant, seul, si possible dans une grotte avec la mer par trop loin et je voudrais ne pas avoir trop froid avant de mourir.
J’aimerais bien qu’on ne me retrouve pas et que mon corps ne soit pas bouffé par des animaux.
Je dessèche. J’aimerais bien devenir une sorte de momie.
J’ai trouvé le moyen de mourir en faisant le moins de peine possible aux gens.
Je pense que si on veut faire le moins de peine aux gens, on devrait se faire embaumer.
C’est vrai qu’il y a une partie qui est partie, c’est la partie vivante, mais il y a toujours quelque chose qui est là, qui est le corps.
On l’assied dans le salon, comme ça, jusqu’au moment où on en a marre de cette saloperie et on le met à la poubelle.
Ca prend un an, deux ans, trois ans, c’est comme les gens qui font empailler leur chat.
Il y a un moment où il devient tellement poussiéreux qu’il le jette mais à ce moment-là, ce n’est plus grave, « qu’est-ce que c’est que cette vieille saloperie ? »

LES CENDRES BIS
Je vais les garder jusqu’à ce que mort s’en suive
J’aimerai bien aussi , ça c’est une autre chose, une autre possibilité ; les japonais avaient autrefois des genres d’hôtels familiaux, ce sont des grands meubles que l’on peut trouver, dans lesquels on range les urnes des ancêtres.
Je trouve que ce serait la place de mon urne si on retrouve ma momie desséchée et qu’on décide de la bruler.
Il y a beaucoup de civilisation comme ça , par exemple en Indonésie, ils enterrent puis ensuite ils vont nettoyer les os quand la chair est partie puis ils mettent les os dans des réceptacles.
En Afrique il y a des civilisation où on gratte les os des ancêtres puis on en mange un petit peu : le culte du Bweti.
Il y a tout un maniement de la mort et à la Nouvelle-Orléans aussi : ils vont régulièrement faire des fêtes sur les tombes.

Interview de JP Capdevielle le 22 Novembre 2011 à l’Hôtel Amour, 75009 Paris par Dominique Planche.

[nggallery id=7]

MusiquePortraits et Interviews

Jean-Patrick Capdevielle et la mort

In the Hotel “Amour”, in Paris, on November 22nd, 2011, I have an appointment with Jean-Patrick Capdevielle.
With his sunglasses, his trousers too tight on his long legs, his scarf and his jacket, his bracelets, his ring and its charisma, I witness the entrance on stage of a true French rocker.
The interview lasts 1 h 30.
I do not grow weary and I have so many questions to ask him…
In an ambience of Parisian Café full of noise, with people, red wall seats and bistrots tables, Jean-Patrick Capdevielle tells me how he would like to die…
Throughout his history, his death’s head ring sitting enthroned on his nice hands had a small smile.

by Dominique Planche

THE ASHES

At my father’s funeral – my father was cremated, we put the ashes in an urn, my mother had insisted on having a family vault for us and when I put her ashes in it and saw the state of my father’s urn, I promised myself that they would not stay there and one day, I came to get my mother and my father’s urns, claiming that I was going to put them in another graveyard.
I put them in the boot of my car.
The day after I had to take the plane, I wrapped them in some Manilla paper, and I keep the ashes of my father and of my mother in my room, in Ibiza, in my wardrobe.
I have never opened the Manilla paper , they are always wrapped in it but they are kept dry.
For me it is very important;
One of my uncles was buried in the “Landes”, a superb coffin, etc etc.
I took a glimpse to the place where they were going to put the coffin.
It was a hole in the earth with water below.
I accept fire but not drowning.


MY DEATH

I know how I would like to die.
I would like to die seated and cross-legged, I would like to die facing the setting sun, on my own, if possible in a cave with the sea not too far and I would like not to be too cold before dying.
I would like not to be found and that my body would not be eaten by animals.
I dry out. I would like to become a kind of mummy.
I found the way to die that will hurt people as little as possible.
I think that if you want to hurt people as little as possible, you should be embalmed.
It’s true that there is a part that’s gone, it is the living part, but there is always something that is there, that is the body.
It is seated in the living room, just like that, until you get fed up of this trash there and you put it in the dustbin.
It takes one year, two years, three years, it’s like people who have their cat stuffed.
There comes a time when it becomes so full of dust that you throw it away but when that time comes, it doesn’t matter anymore, « what is this old trash ? »


THE ASHES – 2

I will keep them until death comes. I would also like, but that is another thing, another possibility : in the past, Japanese had sorts of family hotels, they are big pieces of furniture that you can find, in which you keep the urns of the ancestors.
I think that it would be the place of my urn if my dried out mummy is found and if it is decided it should be burned.
There is a lot of civilization like that, for instance in Indonesia, they bury then they clean the bones when the flesh is gone then they put the bones in containers.
In Africa there are civilizations in which the ancestors’ bones are scratched then eaten a little bit : the worship of Bweti.
There is whole handling of death and in News-Orléans also: they are regularly having parties on tombs.
By JP Capdevielle and recorded by DP

[nggallery id=7]


A l’Hôtel Amour, à Paris, le 22 Novembre 2011, j’ai rendez-vous avec Jean-Patrick Capdevielle.
Avec ses lunettes noires, son pantalon serré sur ses grandes jambes, son écharpe et sa veste, ses bracelets, sa bague et son charisme, j’assiste à l’entrée en scène d’un vrai rocker français.
L’interview va durer 1h30.
Je ne me lasse pas et j’ai tellement de questions à lui poser…
Dans une ambiance de café parisien avec du bruit, des gens, des banquettes rouges et des tables bistrots, Jean-Patrick Capdevielle me raconte comment il aimerait mourir…
Tout au long de son histoire, sa bague tête de mort trônant sur ses belles mains avait un petit sourire.
par Dominique Planche

LES CENDRES
A l’enterrement de mon père – mon père a été incinéré, on a mit les cendres dans une urne, ma mère avait tenu à ce qu’on ait un caveau familiale et quand j’ai mis ses cendres à elle et que j’ai vu l’état de l’urne de mon père, je me suis promis qu’elles ne resteraient pas là, et un jour, je suis venu chercher les cendres de ma mère et les cendres de mon père en prétendant que j’allais les mettre dans un autre cimetière.
Je les ai mise dans le coffre de ma voiture.
Le lendemain je prenais l’avion, je les ai enveloppé dans du papier bulles , et j’ai les cendres de mon père et de ma mère dans ma chambre, à Ibiza, dans mon armoire.
Je n’ai jamais ouvert le papier bulles, elles sont toujours à l’intérieur mais elles sont au sec.
Pour moi c’est très important ;
J’ai un de mes oncles qui a été enterré dans les Landes, superbe cercueil, etc etc.
Je regarde où on allait mettre le cercueil.
C’était un trou dans la terre avec ça d’eau en-dessous.
Je veux bien le feu mais pas la noyade.

MA MORT
Je sais comment j’aimerai mourir.
Je voudrais mourir assis en position jambes croisées, je voudrais mourir face au soleil couchant, seul, si possible dans une grotte avec la mer par trop loin et je voudrais ne pas avoir trop froid avant de mourir.
J’aimerais bien qu’on ne me retrouve pas et que mon corps ne soit pas bouffé par des animaux.
Je dessèche. J’aimerais bien devenir une sorte de momie.
J’ai trouvé le moyen de mourir en faisant le moins de peine possible aux gens.
Je pense que si on veut faire le moins de peine aux gens, on devrait se faire embaumer.
C’est vrai qu’il y a une partie qui est partie, c’est la partie vivante, mais il y a toujours quelque chose qui est là, qui est le corps.
On l’assied dans le salon, comme ça, jusqu’au moment où on en a marre de cette saloperie et on le met à la poubelle.
Ca prend un an, deux ans, trois ans, c’est comme les gens qui font empailler leur chat.
Il y a un moment où il devient tellement poussiéreux qu’il le jette mais à ce moment-là, ce n’est plus grave, « qu’est-ce que c’est que cette vieille saloperie ? »

LES CENDRES BIS
Je vais les garder jusqu’à ce que mort s’en suive
J’aimerai bien aussi , ça c’est une autre chose, une autre possibilité ; les japonais avaient autrefois des genres d’hôtels familiaux, ce sont des grands meubles que l’on peut trouver, dans lesquels on range les urnes des ancêtres.
Je trouve que ce serait la place de mon urne si on retrouve ma momie desséchée et qu’on décide de la bruler.
Il y a beaucoup de civilisation comme ça , par exemple en Indonésie, ils enterrent puis ensuite ils vont nettoyer les os quand la chair est partie puis ils mettent les os dans des réceptacles.
En Afrique il y a des civilisation où on gratte les os des ancêtres puis on en mange un petit peu : le culte du Bweti.
Il y a tout un maniement de la mort et à la Nouvelle-Orléans aussi : ils vont régulièrement faire des fêtes sur les tombes.

Interview de JP Capdevielle le 22 Novembre 2011 à l’Hôtel Amour, 75009 Paris par Dominique Planche.

[nggallery id=7]

Previous post

Rock'n roll à la Myrtille

Next post

Angélique Kidjo, une des 100 femmes les plus influentes du monde

La PariZienne

La PariZienne

2 Comments

  1. Lucia
    27 décembre 2011 at 20 h 31 min — Répondre

    J’aime bien cette idée de garder la momie dans le séjour.
    Les égyptiens des premiers siècles de notre ère (des égyptiens mâtinés de culture gréco-romaine) conservaient les momies des gens de leur famille dans l’atrium de la maison ou dans une des pièces.
    La coutume était de se faire peindre son portrait dans la fleur de l’âge, pour le placer ensuite sur la momie, après la mort. D’où les grands yeux sombres des portraits du Fayoum (au Louvre) qui fixaient l’éternité car ils savaient à quoi leur portrait était destiné.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Portraits_du_Fayoum

  2. Christine SUPERVILLE
    14 janvier 2012 at 21 h 17 min — Répondre

    Bonsoir Jean-Patrick,

    Comme vous je ne veux pas être mangée par les bêtes mais je ne veux pas encombrer les personnes avec des poussières autres que celles des étoiles.

    Les espaces de vie sont de plus en plus étroits les cimetières sont appelés à disparaître c’est pourquoi les gens commencent à transformer les cimetières en espaces floraux .

    Alors assez jeune j’ai fait don de mon corps à la Médecine qui incinère nos restes et possède une stèle à Stains ou sont gravés les noms des doateurs.

    Cette stèle pourrait devenir un monument de recueillement collectif avec même quelques signes religieux

    Bien à vous,

    Christine Superville

    Me répondre en messagerie privée sur FB

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *