MusiquePortraits et Interviews

MerZhin sur la route avec un nouvel album ; « Des Heures à la Seconde »

Merzhin… Déjà le nom est une invitation au voyage par la mélodie. Ça pourrait être le magazine de la mer, le Mer-Zine… mais non. C’est « Merlin » en breton. Merlin le magicien. Merzhin, l’enchanteur.

Les 6 musiciens de Merzhin sortent leur 6ème opus en mars 2014, et c’est avec un immense plaisir que j’ai pu les interviewer la veille de leur concert pariZien au Café de la danse. Dans leur labo indépendant, ils nous ont mitonné des morceaux toujours à base de Rock, mais chaque album de Merzhin contient des ingrédients inattendus ; des bombardes, des trompettes, par exemple. Et il n’y a pas que dans leur Landerneau que leur potion magique fait du bruit ; partout où ils passent, même ceux qui qui sont tombés dedans en 1996 en redemandent et, depuis que j’ai gouté à leur musique, j’ai un bon gout dans les oreilles.

Leur album « Des heures à la seconde » co-réalisé par Mathieu Ballet nous parle de l’humain. «Je suis l’homme», un titre orné d’un très joli clip,nous emmène de l’enfance à la fleur de l’âge tout en poésie et puissance.

On découvre une richesse d’ambiances, de sonorités, sans un nuage de lassitude.
On y voit et entend l’homme de l’instant contemplatif des «Heures vagabondes», l’homme ficelé et les voix d’enfants du «Pantin». On y rencontre l’éclaireur et la sentinelle en duo avec Manu (ex-Dolly) où les voix irisées et sensuelles s’entremêlent, s’accordant parfaitement sur la puissance éolienne des refrains. Le disque s’achève par «Les indignés» et leur colère sourde.
Des moments suspendus, des cirques de vie, des changements de peau qui nous branchent directement aux prises du temps.

Merzhin revient, après 600 concerts en France, en Europe, en Inde et dans le reste de l’Asie, et 4 précédents albums vendus à près de 200 000 exemplaires.

 
Café de Danse, Paris le 25 Mars 2014

LA TEAM
Pierre Le Bourdonnec : Guitare / chant
Ludovic Berrou : Bombardes, flûtes, hautbois, clarinette, saxophone, chœurs
Damien Le Bras : Bassiste
Stéphane Omnés : Guitare électrique
Vincent L’Hour : Guitares électrique et acoustique, chœurs
Jean-Christophe Colliou : batterie, percussion, chœurs


Clip réalisé par Pauline Goasmat (Paucket Films & Indiscipline)

LA PRESSE :
« Je suis l’homme » sur le sampler Rock&Folk avril 2014
« Merzhin revient avec un son plus rock, alternatif. » Francofans
« Une mine de riffs de guitare… l’un de leurs disques les plus aboutis mélodiquement » Rockawa
« Merzhin est le digne héritier du rock français » Nouvelle Vague
« Merzhin revient au rock varié dans un nouvel album marqué du sceau d’une liberté de composition élargie »
Le Télégramme
« L’un des groupes les plus intéressants de cette fameuse nouvelle scène rock » BAware
« Un esprit rebelle, poétique et rock’n’roll » Sortir Ici
« Merzhin continue de proposer l’aventure et le voyage au travers de ses mélodies. » Karma Magazine
« Un album aux textes habiles doté de l’ouverture stylistique de Noir Désir et la vigueur de Deportivo. » Muzzart
« Des heures à la seconde » est un album riche de sonorités, où les instruments traditionnels se confondent aux guitares électriques et aux samples. » France Net Infos
« C’est réussi, Merzhin s’inscrit sans aucun doute dans la tradition du rock français : dense et poétique. » Tendance Ouest
« Un rock bien musclé, métissé, authentique. » Zicazic
« Merzhin revient en grande forme avec un album authentique, singulier et racé. » Idoles Mag
« Un album puissant avec des textes profonds. » Les Insouciants
« Un album qui délaisse définitivement les sonorités celtiques au profit d’un rock « à la française », proche des sonorités de Noir Desir, Luke ou Deportivo. » Forces Parallèles
« Résolument rock » Desinvolt
« A un rock d’inspiration celtique, il ajoute une énergie punk, des relents de rock alternatif français des années 1990 et de folk rock américain. » Music Story
« Des heures à la seconde mélange habillement force et finesse, modernisme et tradition. » La Magic Box


« Dans Ma Peau » – Merzhin

MAIS AUSSI :
Merzhin présente son nouveau spectacle construit comme un road movie musical autour de la Route 66. Une plongée dans l’histoire américaine et ses mythes fondateurs.

Ce voyage musical nous embarque sur les traces de Jack Kerouac, l’écrivain chantre de la beat generation, dans la tête et dans les pas de Dean Moriarty le héros de son livre culte « Sur la route ».

Le public y découvre une galerie de personnages de légende et de villes emblématiques:
Martin Luther King à travers son combat pour l’égalité et la fin de la ségrégation aux Etats Unis
Robert Johnson qui vendit son âme au diable et donna naissance aux premiers riffs de blues
Amarillo Slim, parieur de légende et grande figure de Las Vegas.

« Lorsqu’on était à l’école, la musique ne venait jamais à nous. On a eu envie de mettre en valeur les lieux emblématiques et des personnages cultes avec un spectacle plus acoustique. Les créations vidéo sont importantes et c’est un vrai succès. Nous souhaitons faire une tournée dans les centres culturels et les écoles pour la fin de l’année »
Pierre Le Bourdonnec

> SITE OFFICIEL : http://www.merzhin.net
> FACEBOOK : http://www.Facebook.com/merzhinofficiel
> TWITTER : @merzhinofficiel
Merci au Coffee Parisien – 12 rue Princesse – 75006 – Paris

Previous post

Les Francos Gourmandes en Bourgogne : "Le Festival où on mange le mieux au monde!"

Next post

Un dimanche au Paris Rétro Vintage : images et video

La PariZienne

La PariZienne

1 Comment

  1. […] de mes propres yeux sur scène, c’était au Café de la Danse, en première partie du concert de Merzhin* en avril 2014. La sono ne fonctionnait pas, et de sa voix toute douce, Manu commentait l’incident […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *