Portraits et InterviewsSanté

Jean-luc Romero et le droit au secret des séropositifs

Meeting with Jean-Luc ROMERO, Montparnasse Tower, CRIPS of Paris: November 8th, 2010.

« I heard a radio program by Brigitte Lahaie – you are related to Brigitte –
Yes, indeed.

« There is a polemic going on through the forum – about people’s right to keep their seropositivity secret. As far as you’re concerned : How far keeping the secret is credible ?”
It’s funny, she told me about it, because she was amazed at that polemic »

« She answered in a very normal way to an HIV-positive person who asserts he or she protects him/herself and who asks ‘Am I allowed not to say it ?”
She answered this person very naturally : ‘Yes, of course you are allowed not to say it, because saying it means refraining yourself from having relations with lots of people who are unfortunately not acquainted with this illness and who will, as soon as they will hear about someone being an HIV- positive person, immediately avoid him or her and thus, nothing must force an HIV-positive person to say he or she is one.’”
If he or she has protected sexual relations, I do not see why he or she should tell about his or her seropositivity, except of course after a while, when the story goes on, of course, at a time, you have to say it, but saying it from the beginning … nobody should be obliged to.”


« But what about accidents ?”

Well, this is different, when you have protected sexual relations, when an accident happens, you obviously have to say it, and besides, it is interesting to say that because sometimes people have unprotected sexual relations with HIV-positive persons but will blame him or her for it afterwards.”
I do think that the prevention must not only be carried by HIV-positive persons, everybody has to. Everyone is potentially HIV-positive.”
A partir du moment où il n’y a pas eu de mensonges, qu’on n’a pas montré des faux tests, etc., et qu’elles ne se préservent pas, elles sont toutes les 2 au même niveau. Il n’y en a pas une qui doit porter la prévention.
If nobody lied, nobody showed falsified tests, etc …, and if persons do not protect themselves, they both are responsible, they are both on the same level. Not only one of them has to carry the prevention.

« This means you are in favour of the responsibility of every one …”

A common responsibility, of every one, yes, otherwise proper sexual relations between people can no longer exist, and if, furthermore, it is only carried by HIV-positive persons, the prevention will disappear, since it means that people who risk to be punished if a person is contaminated, are in front of a choice :
Most of the persons who know or who suspect they are HIV-positive, will never go and be detected, so that if they are bound to go on a trial or anything else, they will say ‘I did not know.
Therefore I think the worst thing is to have HIV-positive persons only carrying the prevention because then, we are challenging a health disaster and, at the same time, on the other hand, about the secret, the person concerned is the one who decides whether he or she reveals it or not. Of course, in the case he or she does not jeopardize the other person’s life.
If a person tells and asks the other one, and furthermore if they both have unprotected sexual relations while the other person was asked, showed tests, but the other lies, there is a different situation, when there is a lie.
Concerning two persons who have sexual relations without telling anything to each other : they both are responsible. No one may be more incriminated than the other one. On the contrary, an HIV-positive person having a sexual relation with someone when using a condom, has no obligation to reveal it.
I think that this is true : I understand it is easier to say it so that people know, but for some people, it is extremely difficult to reveal it because many people simply disappear when they hear someone is HIV-positive.
An HIV-positive person who would reveal it as soon as the first day after meeting someone, refrains half the chances from living love stories.
And such a society is not suitable. In such a case, HIV-positive persons should be put into camps, why not ?…

« The posters in the office say : ‘I am an HIV-positive person, I say it, I do not have to hide, I take it on…”
If it were that simple to be an HIV-positive person, every one would reveal it, but nobody does ! Everybody’s scared. Because concerning people who reveal they are HIV-positive persons, such says a 2005 survey from ‘Sida info services’, 50% who told it at work, lost their job – in a 6 months delay ; 50% don’t even tell their close relatives, so frightened they are to lose some of their friends and family.
And I do not understand why someone who doesn’t jeopardize someone else’s life should be obliged to say that and refrain from living stories, because you know how it goes on ? If you start feeling that love may appear, you don’t tell the other one at first – a few weeks go by – then, the person who would consider to say ‘I don’t want to hear about someone being HIV-positive, I would never go out with such a person’ – when you know the person, you have another consideration afterwards.
I think an HIV-positive person should be left the chance to have a right to love. Otherwise, they are condemned, what is unfortunately happening in many cases, even for very young people, not to have any sexual life anymore and above all, not to have any emotional life anymore and what allows to do so nowadays ?
Therefore, I am of course for freedom, for the person not to reveal it, except of course if there is a stabilized relation, if the condom has to be stopped, in that case, that sounds normal.
And if a condom happens to burst with someone you do not know, you have to run to the emergency wards of the hospitals and say you have had a sexual relation, that the condom burst : ‘What do you think about that, Doc ?
In France, emergency wards staff are trained to face that and they will tell you either “Miss, well yes, you have undertaken a risk, I will give you a one month treatment” or ‘No, there’s no risk in what you’ve done’ and they will let you go.
But nowadays, someone who is a bit informed, who has a sexual relation with someone unknown and who is faced with such an event, beyond what the other person says, who may also lie, has to go to the emergency wards of the hospitals where a physician will decide, after listening to what is said, whether or not to have him or her take this treatment.
You know, it’s no fun having to take such a treatment during a month, but when you’ve been living it daily for many years, believe me, only a month to avoid being an HIV-positive person is nothing compared to a whole life being one.

Jean-Luc Romero by Dominique Planche

> cliquez pour agrandir

Article Inrocks

Rendez-vous avec Jean-Luc ROMERO, Tour Montparnasse, CRIPS de Paris : Le 8 Novembre 2010.
Depuis des années, je me pose la question : « comment faire si un jour j’ai un accident ou une maladie qui m’enlèveraient toute faculté de vivre dans la dignité. Ou pourrais-je laisser un testament qui me donnerait la liberté de partir pour toujours.
Qui accepterait sans être hors la loi de me débrancher ? »
Puis, en écoutant la radio, RMC, j’ai eu la chance de tomber sur Jean-Luc Romero qui parlait de son livre « les Voleurs de liberté ».
J’appris alors qu’une association existait, l’ADMD, qui se battait pour que la France reconnaisse l’euthanasie. Le président était Jean-Luc Romero.
J’achetais le livre sans hésitation et devenait membre de cette association.
Comme j’habitais en Suisse, je devenais membre de l’EXIT ADMD de Suisse.
Quelques temps après, de retour à Paris, je décidais de rencontrer Jean-Luc Romero et il accepta volontiers.
Le 8 Novembre 2010, lors de mon interview, qui commença par la fin de vie volontaire, j’en profitais pour lui poser la question sur les malades du sida et leur droit au secret.
Lorsque je ré écoutais l’interview , je fus frappée par un détail qui sur le moment ne m’avait pas touché : Le TPE, Traitement Post-Exposition, disponible dans tous les services d’urgences des hôpitaux de France.
En cas d’accident avec un séropositif, un préservatif qui craque par exemple, ce traitement existe et dure 1 mois.
J’en parlai alors autour de moi, et en effet, sur une dizaine de personnes, seulement une était au courant.
Je décidais alors de mener mon enquête….

J’ai entendu une émission de Brigitte Lahaie – vous êtes ami avec Brigitte?

Oui, oui, tout à fait.

Il y a une polémique en ce moment qui se voit sur le forum. C’est pour le droit au secret par rapport aux gens qui sont séropositifs.Pour vous, jusqu’où pensez-vous que garder le secret est crédible… ?
C’est marrant elle m’en a parlé. Parce qu’elle était très étonnée de cette polémique.
Elle a répondu d’une manière tout fait normale a une personne séropositive qui dit qu’elle se protège et qui dit est-ce que je peux ne pas le dire.
Elle lui a répondu très naturellement oui, bien sur qu’elle peut ne pas le dire parce que le dire s’est s’empêcher d’avoir des relations avec des tas de gens qui malheureusement ne sont pas forcément renseignés sur la maladie et dès qu’ils savent que quelqu’un est séropositif vont la fuir immédiatement et donc rien ne doit obliger un séropositif de le dire.
Si elle a des rapports protégés, je ne vois pas en quoi elle devrait dire sa séropositivité sauf évidemment au bout d’un moment quand l’histoire avance, bien sur qu’un moment il faut le dire mais le dire au début, personne ne doit être obligée.

Mais imaginez par exemple qu’il y ai un accident ?
Ha ben l ce n’est pas pareil, avoir une relation protégée quand il y a un accident c’est évident qu’ il faut le dire, d’ailleurs c’est intéressant de dire ça parce qu’il y a aussi parfois des gens qui ont des relations non protégées avec des personnes séropositives et après qui vont leur reprocher.
Moi je pense qu’on ne peut pas faire peser sur les personnes séropositives la prévention, c’est tout le monde. Tout le monde est potentiellement séropositif.
A partir du moment ou il n’y a pas eu des mensonges, qu’on a pas montré des faux tests, etc, et qui ne se préservent pas, elles sont toutes les deux au même niveau. Il n’y en a pas une qui doit porter la prévention.

 

Ca veut dire que vous êtes pour la responsabilité de chacun…
C’est la responsabilité commune, de chacun oui, sinon il n’y a plus de relations sexuelles entre les gens et en plus si on fait peser simplement sur les personnes séropositives la prévention va disparaitre, parce que ça veut dire quoi ?
Les gens qui risquent d’être punies si la personne est contaminée ben qu’est ce qui vont faire ?
La plupart des gens qui savent ou qui se doutent qu’ils sont séropositifs, ils ne vont jamais allés se faire dépister comme ça si le lendemain ils ont un procès ou je ne sais pas quoi ils diront moi je ne savais pas.
Et donc je pense que la pire des choses, c’est de faire peser sur les personnes séropositives seules la prévention parce qu’à ce moment on va vers une catastrophe sanitaire, et puis en même temps par contre sur le secret c’est la personne qui décide si elle le dit ou si elle ne le dit pas, à partir du moment où bien sur elle ne met pas la vie de l’autre personne en danger.

Si la personne lui dit, lui demande et qu’en plus elles ont des rapports toutes les deux non protégés alors qu’elle a demandé à l’autre personne qu’elle a montré des tests et qu’ elle ment alors là c’est autre chose, il y a mensonge, ça n’a rien à voir.
Si c’est deux personnes qui couchent ensembles sans rien se dire, elles sont toutes les deux responsables.personne ne peut être plus incriminée que l’autre et par contre quand à avoir un séropositif qui a une relation avec quelqu’un, s’il utilise des préservatifs, il n’a aucune obligation de le dire.
Je pense que ça c’est vrai moi je comprend, c’est plus facile de le dire car les gens le savent mais pour d’autres, c’est très difficile de dire, en général il y a beaucoup de gens dès qu’ils savent qu’une personne est séropositive, s’en vont..
Une personne séropositive qui le dirait dès le premier jour qu’elle rencontre quelqu’un, c’est plus de la moitié des chance de s’empécher de vivre des histoires d’amour.
Et ce ne serait pas possible une société comme ça. A ce moment l_ il faudrait mettre les séropositifs dans des camps et puis voilà quoi…

Les affiches qui sont dans le bureau, c’est : je suis séropositif, je le dis, je n’ai pas à me cacher, j’assume… »
Si c’était si simple d’être séropositif tout le monde le dirait et personne le dit.
Tous les gens ont la trouille.parce que les gens qui disent leur séropositivité, il y a une enquète 2005 de Sida info services qui dit que 50% des gens qui ont dit sur leur boulot qu’ils étaient séropositifs ont perdu leur boulot.dans les 6 mois.
50% des séropositifs ne le disent même pas à leur proche.tellement ils ont la trouille et on sait que dire sa séropositivité c’est perdre une partie de ses amis et de ses proches.
Et moi je vois pas en quoi des gens qui en plus ne mettent pas en danger la vie d’un autre seraient obligés de dire _a et de s’empécher de vivre des histoires parce que vous savez comment ça se passe ?
Si vous commencez à voir et à sentir que l’amour peut arriver, vous ne lui dites pas au début, il se passe quelques semaines et bien la personne qui aurait des conceptions de dire si c’est quelqu’un de séropositive, je ne veux pas en entendre parler, je ne me mettrais jamais avec un séropositif, quand vous connaissez la personne après vous avez un autre jugement.
Je pense qu’il faut laisser une chance à la personne séropositive d’avoir elle ou lui droit à l’amour parce que sinon, les personnes séropositives on les condamne , ce qui est le cas malheureusement dans beaucoup des cas, même très jeunes, à ne plus avoir de vie sexuelle et surtout à ne plus avoir de vie affective et ça, qu’est-ce qui permet de vouloir faire ça aujourd’hui.
Donc, moi je suis bien sur pour la liberté pour que la personne ne dise pas sauf si bien sur _ partir du moment ou il y a une relation établie, qu’il faut en plus arrêter la capote, là bien sur ça me parait normal.
Et si il y a une rupture de préservatif avec quelqu’un que vous ne connaissez pas, il faut aller aux urgences des hôpitaux et dire que vous avez eu une relation, que la capote a laché, docteur qu’est-ce que vous en pensez ?
En France, les services d’urgences sont formés à ça et ils vont vous dire Mademoiselle bien oui, vous avez pris un risque, je vais vous donnez un traitement pendant 1 mois.ou non, ce que vous avez fait, il n’y a pas de risque et ils vont vous laisser repartir.
Mais aujourd’hui, une personne qui un tantinet informée et qui a une relation sexuelle avec quelqu’un qu’elle ne connait pas, et qui se passe un événement comme ça, au delà même de la parole que dit l’autre personne, qui peut aussi mentir, il faut aller aux urgences des hôpitaux et là le médecin va juger en fonction de ce que vous racontez si il faut vous mettre sous ce traitement .
Vous savez, ce n’est pas drôle d’avoir certain traitement pendant 1 mois mais vous savez que quand vous le vivez au quotidien depuis des années et des années croyez-moi, un mois pour éviter d’être séropositif c’est rien à côté d’une vie séropositif.

Jean-Luc Romero par Dominique Planche


Article paru dans les Inrocks du 27 Juin 2011 et écrit par le journaiste Pascal Dupont.
Jean-Luc Romero demandera un droit de réponse. Son texte sortira le 25 Aout 2011 page 8.

> cliquez pour agrandir

Article Inrocks

Previous post

Le 13 Mars, Vernissage et signature du livre "Des autres, of others" à la Galerie Mark Hachem, Paris 04

Next post

Episode 1 - Darkplanneur.com, le blog en plein dans le coeur

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *