Portraits et Interviews

Episode 2 – Darkplanneur.com : « Le sexe, c’est mâle »

Darkplanneur.com, » L’observatoire du monde contemporain » est le digne successeur web de Lui  » Le magazine de l’homme moderne. »

Curieuse de ce blog pour garçons chics et branchés, que je regardais comme une gamine matant les vestiaires des garçons par le trou de la serrure, me voici rencontrant Eric Briones et Thomas Mondo lors d’une interview qu’ils m’ont accordée le 29 Février 2012.

« On aime parler du sexe d’un point de vue culturel et du reste, ça sera un challenge certainement demain d’un point de vue médiatique, un de nos rêves serait de faire une émission intelligente sur l’érotisme.
Ce qui est très difficile aujourd’hui vu le contexte anti-libertin et ainsi de suite où la représentation du sexe est malade : Je prends exemple sur Shame, sur DSK,
Mais, quand on traite la pornographie dans le cabinet (des curiosités), on essaye d’avoir un angle culturel et d’avoir de vrais artistes.
Le premier c’était José Bénazeraf.
Bénazeraf, c’est un esthète du féminin.
Même si on prend Dorcel ( Marc Dorcel) , ça ne va pas être le fond, mais ça va être l’esthétique.
C’est vrai que l’esthétique chez la « femme Dorcel », ça va être quelque chose.
Quand on écoute du Dorcel, c’est « La Haute Couture du X ».

C’est un peu simplifiant mais il y a ce désir d’esthétique qui est un respect quand même sur le féminin.
Les pornstars, on aime bien.
La dernière qu’on a interviewée c’est Katsuni, et en général, ce sont des femmes de caractère.
C’est intéressant parce que dernièrement nous avons été taxés de faire du cul pour vendre.
C’est facile de dire ça ! Pas tant que ça.
Beaucoup s’y sont prêtés, beaucoup s’y sont cassés les dents.
Parce qu’il faut faire les chiffres.
Il faut faire de la vue.
Et ce n’est pas juste en montrant une belle paire de fesses ou une belle paire de seins. C’est aussi derrière, le contenu : ce qu’on arrive à leur faire dire, ce qu’elles arrivent à donner.
On essaye de travailler notre talent, et c’est d’amener une vrai différence, un vraie singularité.
On travaille les questions, on les travaille bien en amont. Les gens sont souvent étonnés. C’est difficile mais c’est un challenge.
Je pense que c’est la question du respect.
L’interview de Dorcel. (Marc Dorcel) a fait 1,2 millions de vues en 2 ans 1/2.
C’est la vidéo la plus vue de Dorcel sur Internet.
On a fait plus que leurs bandes annonces, plus que leurs films.
Pourquoi ? Ce n’est pas simplement parce qu’on a mis une belle paire de fesses ou une belle paire de seins, c’est qu’on a touché autre chose dedans.
On peut parler pornographie tout en parlant culture et intelligence. Il y a un discours qui n’était jamais apparu. C’est la gageure qu’on fait.
Nous on s’inscrit véritablement dans la démarche des libertins du 18ème siècle où ils tenaient des salons, où le sexe était une forme d’impertinence par rapport à la société ou une espèce de joie de vivre de la société.
Aujourd’hui, le sexe est vu comme (passez moi l’expression) un gonzo : on consomme très vite et on jette, et on passe à autre chose.
Nous on a rien contre mais nous on trouve plus intéressant d’interviewer un José Bénazéraf qui va amener du fond, de l’intelligence, de la fulgurance culturelle, qui va te citer du Beaumarchais en parlant d’un coït , c’est extraordinaire : ça ça nous intéresse.
C’est quelque chose qu’on pensait perdu, exemple aujourd’hui : le sexe c’est mal, il y a cette dimension là.
Le prochain cabinet (des curiosités) qu’on sort c’est un spécial « Paris Dernière » avec Besson (Philippe Besson), il nous expliquait qu’il a fait une scène sexe homosexuelle où il rentre dans le tournage d’un film porno gay.
Là, clairement, il est allé contre les archétypes.
Là, on est clairement dans une dimension politique de la représentation sexuelle.
L’époque, comme elle est plus difficile sur ces sujets-là, elle nous intéresse.
Mais on est sur la corde raide là aussi parce que c’est dangereux de parler de ce genre de sujet : on est taxé de facilité ou de vulgarité.
Cette corde raide elle est quand même hyper intéressante. »
Darkplanneur.com, Thomas Mondo & Eric Briones par Dominique Planche

http://www.Darkplanneur.com
Musique : http://www.myspace.com/fmlaeti

Previous post

Bruno Gaccio, entre colère et bonheur

Next post

Gilles Azzaro, scuplteur de voix

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *