Portraits et Interviews

Sallinger, une pièce de Bernard-Marie Koltès, au Théatre de l’Opprimé à Paris 12

La compagnie De l’autre côté présente sa première création « Sallinger » Une pièce de Bernard-Marie KOLTES, librement inspirée de l’oeuvre de Jérôme David SALINGER.

Une pièce murie depuis 2 ans par Nicolas Hardy , le metteur en scène, et une troupe de comédiens, tous élèves confirmés de l’Ecole Claude Mathieu, à Paris.
La mise en scène place la musique au centre de la pièce de façon inédite : elle est jouée en direct par un multi–instrumentiste de génie.
Des sujets dramatiques comme la mort et la guerre sont abordés à travers de subtils flash-back.
Les hallucinations des comédiens à propos du fantôme du Rouquin nous rapprochent de nos propres émotions vis à vis de la mort.
Une pièce contemporaine à voir absolument.

Ca se passe au Théatre de l’Opprimé 
78 rue du Charolais
75012 Paris
http://www.theatredelopprime.com
C’est du 26 au 30 septembre
Les mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 20h30 
Le dimanche à 17h
2h15 sans entracte et que du plaisir
http://www.facebook.com/events/182995458502351/

[nggallery id=79]

La Pièce :
New York, 1964. Un jeune homme brillant et surdoué, le Rouquin, apprend le refus de son départ pour la guerre du Vietnam et se suicide. Alors que ses proches s’enferment dans le mal être personnel et se disputent la mémoire du jeune homme, son spectre vient hanter l’existence de son frère Leslie.
Tableau d’une Amérique angoissée au coeur de la déclaration de la guerre du Vietnam, la pièce sonne tel un combat où chacun s’efforce de donner un sens à une violence inéluctable.
Adaptée librement à partir d’une commande de Bruno Boëglin, désireux d’effectuer un travail d’acteurs à partir de l’oeuvre de J. D. Salinger, où jeunesse et mort se confondent, cette oeuvre est une quête de soi-même et de l’autre ; des solitudes s’y croisent sans jamais se rencontrer.
Dans la pièce, tous sont hantés par la présence d’un fantôme, mort parmi les vivants, vivant parmi les morts ; le Rouquin, qui vient de se suicider, est paradoxalement le personnage le plus vivant de la pièce…


J.D Salinger :
Né à New York le 1er Janvier 1919, Jerome David Salinger grandit dans le quartier de l’Upper West Side.
En 1942, il est appelé sous les drapeaux. Il débarque à Utah Beach le 6 juin 1944. Agent du contre-espionnage,
il est profondément marqué par les combats meurtriers en Normandie et la découverte de l’existence des camps de
concentration. Après la guerre, en 1950, paraît Un jour rêvé pour le poisson-banane, une nouvelle qui fait sensation.
En 1951, Jérome David Salinger publie L’Attrape-coeurs, roman considéré comme son chef-d’oeuvre. Ce livre qui a connu un succès mondial raconte les trois jours d’errance d’Holden Caulfield dans les rues de New York. Devenu culte, ce
roman traite de l’adolescence, de ses révoltes et de ses inquiétudes. Personnage d’une sensibilité exacerbée, attachant et railleur, l’inoubliable héros de L’Attrapecoeurs a ému plusieurs générations de lecteurs.
Plusieurs fois marié, Jerome David Salinger quitte la scène publique en 1965, après la publication de Franny et Zooey (1961) et de Seymour, une introduction (1963).
Secret, insaisissable, protégeant jalousement sa vie privée, fuyant les photographes et les journalistes, l’écrivain n’est jamais sorti de son silence depuis les années 1960, jusqu’à sa disparition le 27 Janvier 2010 à l’âge de 91 ans.
En 1990, le groupe de rock français Indochine lui dédie une chanson, Des fleurs pour Salinger, sur l’album Le Baiser.
En 2007, l’auteur-critique français Frédéric Beigbeder a réalisé un documentaire avec Jean-Marie Périer sur J.D. Salinger, L’attrape-Salinger. Dans ce documentaire, Beigbeder se met en scène, cherchant à comprendre et à rencontrer J.D. Salinger. Il clôture son documentaire devant le portail de la maison de J.D. Salinger.


Bernard-Marie Koltès :
Bernard-Marie Koltès est né le 9 avril 1948 dans une famille bourgeoise de Metz. Il découvre le théâtre à l’âge de 20 ans et reçoit un véritable choc quand il assiste à la performance de l’actrice Maria Casarès dans Médée. Il commence alors à écrire pour le théâtre. En 1970, il monte sa propre troupe, le Théâtre du Quai et écrit L’héritage que Maria Casarès lit pour la radio.
Entre un passage au Parti Communiste (1974-1978), de nombreux voyages à New York, en Amérique latine et en Afrique, Koltès crée de nombreuses pièces, comme le long monologue La nuit juste avant les forêts qui est monté en off au Festival d’Avignon. La fuite à cheval très loin dans la ville, un roman – tandis qu’il se désintoxique de la drogue –, puis Sallinger en 1977 sur une commande de B. Boëglin.
Son théâtre, en rupture avec la génération précédente du théâtre de l’absurde, est une recherche permanente sur la communication entre les hommes.
L’écrivain, malade, décède prématurément du sida à quarante ans.
Bernard-Marie Koltès, dont les textes sont traduits dans une trentaine de langues, est le dramaturge français le plus joué dans le monde.


Metteur en scène : Nicolas Hardy :
Nicolas débute le théâtre à l’Haÿ-les-Roses à l’âge de 11 ans. Il suit ensuite les cours du conservatoire du XIIIème arrondissement de Paris auprès d’Anne Raphaël.
À ses 18 ans, il part vivre à l’étranger pour deux ans, d’abord à Londres puis à Barcelone.
De retour en France, il est reçu à l’École Claude Mathieu où il se forme, de 2007 à 2010, au jeu et à la mise en scène.
Après une collaboration à la mise en scène avec Sarah Sumalla Pujol, à l’École Claude Mathieu, sur l’adaptation au théâtre de Persepolis (oeuvre dessinée de Marjane Satrapi), il fonde la compagnie « De l’autre côté », avec laquelle il s’engage aujourd’hui dans le projet Sallinger, ce parallèlement à son activité de comédien.
——
Les acteurs :


Chloé CHAZÉ – La fille


François DEBLOCK – Leslie, le fils


Rhizlaine EL COHEN – Ma, la mère


Lola ELIAKIM – June, meilleure amie de Carole


Fabian FERRARI – Al, le père


Ambre PIETRI – Anna, la veuve du Rouquin


Clément SÉJOURNÉ – Henry, le meilleur ami de Leslie


Damien ZANOLY – Le Rouquin


Min-Yin – Violon, guitare, basse, arrangements, bruitages

Previous post

"We Love Green 2012", "We Love Cody ChesnuTT, Camille and Beirut" !!

Next post

Clown, émotions et rires, c'est au Samovar du 28 au 30 Septembre 2012

La PariZienne

La PariZienne