Théâtre

Par delà les ombres

LE POISSON BELGE *****

AVIS DE SÉCHERESSE

Le vent du désert souffle sur nos vies. Nos cœurs sont secs, nos bouches sont sèches. Tous ces organes rendus inopérants à dire l’essentiel, l’amour de soi et de l’autre, encombrés par une immensité de ronces qui déchirent et meurtrissent. Une passion, ce chemin de croix avec le vide au bout, une aridité consumant tout jusqu’à la poussière. Vous souvenez-vous de cette chanson du groupe Visage, « Fade to grey » ? Devenir gris. On dira trop, jusqu’à l’écœurement, le courage de Marc Lavoine à s’aventurer en des contrées inconnues et risquées, celles qu’il s’est refusé à explorer dans le champ musical. On se précipitera pour admirer la puissance du talent pourtant naissant de Géraldine Martineau. Les metteurs en scène de cinéma comme de théâtre y courent déjà, langue pendante. Et c’est bien légitime.

4Le-Poisson-Belge-la-parizienne

Mais au-delà de cette rencontre fracassante du théâtre privé et de la scène subventionnée, si bêtement ennemis puisque montés l’un contre l’autre, il me devait de souligner le travail de l’ombre. De l’ombre parce qu’il ne soit voit pas. Parce qu’il ne se voit plus. L’auteure m’en parlait tellement bien en ce matin nuageux d’une rencontre aussi lumineuse que le noir du café qui nous réunissait enfin. L’évidence d’une compréhension réciproque. 

L’ENNEMI DANS LA GLACE

Léonore Confino nait au théâtre et va le marquer de son sceau, aucun doute là-dessus, tant le ton et l’intelligence disent l’époque. Modernes, certes, mais intemporels aussi et surtout. Une création magnifiée par la mise en scène très contenue et pourtant explosive de Catherine Schaub.

3Le-Poisson-Belge-la-parizienne

Le personnage de Petite Fille est-il réel ou tout droit sorti de l’inconscient freudien de Grande Monsieur ? La sexualité ne résume pas un individu. Elle bouge, se retourne sur elle-même jusqu’à découvrir enfin sa fatuité, son inutilité. Toute la magie de cette pièce réside dans cette découverte, ouvrant alors des perspectives. Celle entre autres d’affronter enfin son passé, de regarder en face des fantômes de pacotille à qui l’on laisse toute la place. Un génie du théâtre s’est accouchée d’elle-même, réinventant en cela l’art de la maïeutique. N’ayez pas peur, foncez tête baissée de l’autre côté du miroir. Votre existence pourrait bien s’en trouver changée à jamais.

Comédie d’1h15 environ

Auteur : Léonore Confino

Metteur en scène : Catherine Schaub

Avec : Marc Lavoine, Géraldine Martineau

PITCH

Quand un enfant vous colle et s’invite l’air de rien dans votre intérieur, quand il vous menace de raconter que vous lui faites des choses vers le bas s’il vous vient l’idée de le virer, quand vous mesurez à quel point l’insolence de cet être vous ressemble et vous répare, difficile de l’expulser.

C’est précisément ce qui arrive à Grande Monsieur, desséché par la solitude, lorsque Petit Fille s’incruste dans son appartement. La gamine en mal de respiration (et accessoirement fascinée par les vers solitaires, femmes-troncs et monstres marins) réclame des soins, de l’attention, dérange un quotidien millimétré et par « l’innocence » de ses questions, révèle peu à peu les nœuds que doit résoudre Grande Monsieur : s’affranchir de son enfance, achever des deuils en suspend, reprendre ce qui lui a été violemment retiré.

Une confrontation abrasive et résiliante pour deux êtres qui n’en forment peut-être qu’un.

2Le-Poisson-Belge-la-parizienne

 

Du 23 septembre au 28 novembre – du mardi au samedi à 16H00 ou 21h00 selon les jours au Théâtre de la Pépinière

Théâtre de la Pépinière

7 rue Louis Legrand – 75002 Paris

Plan d’accès

Réservations

BandeauLes-faux-british-la-parizienne
Previous post

Catastrophic Cluedo

shak
Next post

Fabienne Shine et Shakin'Street, une histoire faite de metal et d'amour

Vents dOrage

Vents dOrage

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *