MusiquePortraits et Interviews

Olivier Cachin, le Pape du Rap et son nouveau livre

Olivier Cachin, le Pape du Rap.
Toute culture a son Pape, son Spin Doctor, son Gardien du Temple.
Issu de la curie des journalistes, un peu papa poule, pas sapé comme les autres, Olivier Cachin est au service de ses coreligionnaires qui œuvrent pour faire entrendre leur voix dans la symphonie des styles musicaux.
Il parle toutes les langues et dialectes de sa culture ; le Rap, le Hip-Hop, le R’nB, le Verlan. Il connait tous les Apôtres, les icônes et les Evangiles de tous les rappeurs.
Il est le Gardien du Temple, entré en religion dès l’apparition de cette culture, qu’il a contribué grandement à faire admettre au sein des autres cultures contemporaines, en particulier en officiant comme animateur/prêcheur des légendaires messes télévisées de RapLine, l’émission culte de la culture Rap, diffusée en fin de semaine de 1990 à 1993 sur M6.
Le « Maître » est accessible ; on peut le croiser dans certaines manifestations musicales importantes, par exemples :
– La Soirée privée « Sony Pro » au Trianon, 2012
– Remise du disque de diamant au Sexion d’assaut, décembre 2012
– Les 30 ans du Hip-Hop à la Cigale (France Ô), décembre 2012
– Les Victoires de la musique, Février 2013

Interview en Mars 2013, Paris

Interview en Mars 2013, Paris

Olivier Cachin cache un secret de Polichinelle : il n’est pas rappeur.
Alors évidemment au départ, ça surprend ! Il se dissimule parfaitement dans la faune journalistique en arborant une tenue qui ne laisse aucun doute sur sa vraie nature, mais personne n’est dupe.
Tout laisse à croire qu’il est journaliste spécialisé dans le Rap et la musique noire. Mais c’est une couverture.
Vu de l’extérieur, chemise blanche bien mise, la barbe rasée de frais, un peu dandy, des souliers noirs assortis au pantalon de costume sobre, le cheveu coiffé comme un journaliste. Il aurait pu être noir, mais non, il a choisi un aspect extérieur des plus sobres. Pas comme ces grands costauds aux épaules épaisses voire tatouées, la casquette en verlan, vétus de sportswear de marque des stars du rap qu’il adore et dont il connait les moindres recoins de leurs carrières.
Mais en fait, à l’intérieur, ce n’est que du Rap. Il entend Rap, mange Rap, parle Rap et je l’ai même vu bouger Rap.

Dans son presbytère, où le Pape a eu la gentillesse de m’inviter pour cette nouvelle interview (la précédente de décembre 2012 – voir ci-dessous), j’entre comme une néophyte dans le sanctuaire où se sont patiemment accumulés tous les albums Vyniles que la culture noire américaine a produit depuis 40 ans, en particulier celle du Rap. Cette bibliothèque de micro-sillons est pieusement conservée par le Gardien qui en connait la moindre vibration.
En secret, le Pape a ses amours ; en particulier les Pin’s, les figurines de Marsupilami, les albums de Picsou et d’autres passions inavouées. A chacune de ses sorties publiques, le Spin Doctor arbore un nouveau Pin’s à sa boutonnière gauche, que chacun essai de distinguer sur les photos publiées.

[nggallery id=112]

Le nouveau livre d’Olivier Cachin : « 100 Albums Légendaires Du Rap »

Olivier Cachin sort un nouveau livre : « 100 Albums Légendaires Du Rap ». C’est le rappeur Joey Starr, membre du groupe Suprême NTM, qui signe la préface de ce dernier ouvrage qui retrace l’évolution chronologique du Rap à travers 100 albums essentiels, allant des Last Poets à 1995.


 
« De la conversion définitive de Diam’s à l’Islam au clash Booba vs La Fouine qui font les gros titres de l’actualité, on en oublierait presque que le rap est d’abord une musique, c’est ce qu’essaye de nous rappeler Olivier Cachin dans son livre « Les 100 Albums Légendaires Du Rap ».
Un livre déjà sorti en partie, sur label Scali en 2006, mais depuis longtemps épuisé, et très largement modifié (pas d’augmentation impossible puisque la jauge est fixée à 100) qui propose donc l’histoire du rap à travers ses principaux (et indispensables aux yeux des amateurs) albums.

On peut remarquer que les premières pierres semblent définitivement posées pour l’auteur, à savoir que le rap est né avec l’album des Last Poets en 1971 « This Is Madness », un disque manifeste. Suivent Rudy Ray MooreDolemite au cinéma, et ses histoires de cul, Joe Bataan et Sugarhill Gang, sans doute les plus connus du grand public à cause de leur hit « Rapper’s Delight » mais selon Olivier Cachin : Un trio d’imposteurs. L’écriture est limpide est brillante, elle passe en détail la petite histoire laissant parfois de côté l’analyse musicale à proprement parler, ce qui ne donne qu’une envie : chercher sur YouTube les vidéos correspondantes pour compléter la lecture de cet ouvrage et entendre réellement de quoi l’on parle.
Tous les grands noms sont présents, de NTM à IAM en passant par Keny Arkana ou MC Jean Gab’1, en passant par les américains Eminem50 CentSnoop Dogg, Jay-Z, 2pac ou De La Soul et les reproductions des pochettes d’excellentes qualités. On peut lire les chroniques en piochant ici ou là, au gré de ses affinités ou envies, on peut les prendre à rebrousse-poil, ou plus scolairement, en commençant par le début. Comme la quatrième de couve l’explique : « Le rap est une musique sauvage, malpolie, brutale, choquante, c’est aussi la dernière expression poétique et lyrique d’une pop contemporaine qui a abandonné l’utopie pour s’installer dans la routine. »

A cause de l’actualité on regardera ce qui est dit de Sexion D’Assaut, la meilleure vente de disque en France 2012, 600.000 copies : pas d’apologie de la rue ou de la drogue, des titres conçus comme des chansons à part entière avec des refrains mémorisables… La chanson comme avenir du rap, se sera sans doute l’objet d’un futur ouvrage de MC Cachin.  »
Article de Christian Eudeline dans Bretagne-Actuelle.com

Bibliographie

Olivier Cachin, L’Offensive rap, Paris, Éditions Gallimard, 1996 (réimpr. 2001), 128 p.
Olivier Cachin, Eminem : Le prince blanc du hip-hop, Paris, J’ai lu, 2005, 90 p.
Fred Hanak, Thomas Blondeau (préf. Olivier Cachin), Combat Rap : 25 Ans de hip-hop, Bordeaux, Paris, Bruxelles, Éditions Le Castor Astral, 2007, 214 p.
Jerry Heller, Gil Reavill, Gabriel Gay (Illustrations) (trad. Olivier Cachin), Gangsta Rap Attitude : Les impitoyables mémoires d’un juif blanc devenu le plus grand manager du rap noir de Californie, Paris, Éditions Scali, 2007, 380 p.
Olivier Cachin (préf. Joey Starr), 100 albums essentiels du rap, Paris, Éditions Scali, 2006, 215 p.
Olivier Cachin et Bertrand Lavaine, 100 albums essentiels du reggae, Paris, Éditions Scali, 2007, 210 p.
Olivier Cachin et Alberto Vejarano (Illustrations), Le dictionnaire du Rap, Paris, Éditions Scali, 2007, 323 p.
Olivier Cachin (préf. Joey Starr), Hip Hop : L’authentique histoire en 101 disques essentiels, Paris, Éditions Scali, 2007, 563 p.
Yasmina Benbekai & Olivier Cachin (préf. Bob Sinclar), Le dico du DJ, Paris, Éditions Scali, 2008, 357 p.
Nino Ferrer : C’était pourtant bien, Monaco, Alphée Éditions, 2008, 183 p.
Sheyen Gamboa et Olivier Cachin (préf. Joey Starr), Hip-hop : L’histoire de la danse, Paris, Éditions Scali, 2008, 174 p.
Olivier Cachin (préf. Diam’s), Rap Stories, Paris, Éditions Denoël, coll. « X-treme », 2008, 519 p.
Olivier Cachin, 100 Albums Indispensables Soul, Funk et R & B, Paris, Éditions Tournon, 2009, 200 p.
Olivier Cachin, Michael Jackson, pop life, Monaco, Alphée Éditions, 220 p.
Olivier Cachin, 100 B.0 Cultes en collaboration avec Christophe Geudin, Tournon, 2008
Olivier Cachin, Soul For One/L’Aventure De La Soul , La Martinière, 2011
Olivier Cachin, Prince Purple Règne , Fetjaine, 2012
Olivier Cachin, Les 100 Albums Légendaires Du Rap , Consart, 2013
Collaboration à l’ouvrage de Florence Quentin, Le Livre Des Egyptes, Robert Laffont, 2013

Le 16 Décembre 2012

Le 16 Décembre 2012, à la Cigale, se déroulaient les 30 ans du Hip-Hop 2012 avec France Ô.
Présenté par Aline Afanoukoué et une sélection de 15 clips majeurs ayant marqués le mouvement par Olivier Cachin, cette soirée a été retransmise le 18 décembre sur France Ô.
Etaient présents sur la scène de la Cigale :
Sexion D’Assaut, Psy4 De La Rime, Disiz, Zaho, Kenza Farah, Youssapha, Oxmo Puccino, Seyfu, Sultan, Cut Killer, Kery James, Passi, Arsenik, Neg Marrons, Mister You

Pendant cette soirée, Christian Eudeline , journaliste et écrivain,interviewes des artistes et Olivier Cachin, le spécialiste du monde RAP et HIP-HOP. Il répond à ses questions.


Previous post

Stefan Filey, répétiteur à la Star Academy, ses projets, son CD

Next post

"Paris By Night" Le nouvel album de Bob Sinclar, exclusivement en vente sur Vente-Privée.com

La PariZienne

La PariZienne

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *