Musique

Gaelle Buswel et le Blues : Black To Blue

LA RENCONTRE 

Pour les fans de Blues, les puristes du bon son et du beau,  je suis heureuse de vous présenter Gaëlle Buswel.

Une grande et belle jeune femme blonde m’attend assise dans le salon de l’Idol Hôtel où nous avons rendez-vous. Ses cheveux sont mi-longs, toute en sourire. Elle a un chouette manteau rouge qui lui va à merveille et sa guitare l’accompagne. J’ai réservé une chambre et l’interview va pouvoir commencer.

BIOGRAPHIE

Gaëlle Buswel, une artiste atypique qui ne laisse pas indifférent. Elle vient du blues et a une voix à faire frissonner les entrailles. D’une générosité et d’un naturel absolu, cette jeune femme au sourire ravageur est une bête de scène. Une solide expérience du live, avec déjà plus de 500 concerts en Europe et une tournée en Amérique du Nord à la sortie de son 2ème album « Black to Blue » (juin 2014). Pas étonnant que la jeune artiste se soit tournée dès son plus jeune âge vers la musique des « seventies » aux voix rauques… Quand Led Zeppelin rencontre Joe Cocker et Queen au pied de son berceau et que, de l’autre côté, Neil Young et Janis Joplin se disputent les biberons, cela donne un mélange d’inspirations complémentaires. Adolescente, elle plongera en immersion au coeur du blues en découvrant les albums de Bonnie Raitt et Jonny Lang. Mais qu’attendre d’une grande blonde aux yeux couleur coca-cola qui débarque sur scène avec une guitare et un sourire à tomber ? La surprise est totale. Gaëlle Buswel créé un choc sismique et thermique dès les premières notes, déclenchant frissons et chair de poule en série. La scène, Gaëlle la connaît bien. Depuis ses 13 ans, elle enchaîne les concerts, notamment avec le groupe Cam On et parcourt la France, la Belgique et l’Angleterre. Sa base de fans se développe rapidement après une vidéo qui circule sur un cover inattendu de Tina Turner. Elle part plusieurs mois jouer ses compositions en solo avec sa guitare à Londres et se fixe le défi de faire chanter les gens dans le métro, pour montrer à quel point la musique peut créer un échange entre les gens. De retour en France, ses fans la mettent au défi de faire de même dans le métro parisien. Le résultat est surprenant. On la sollicite alors pour donner des concerts dans des centres de détentions et des hôpitaux pour enfants. Elle est comparée à Joan Baez et Melissa Etheridge. Des expériences qui révèleront une écriture authentique dans ces futures chansons. Chez Gaëlle, Pas question d’artifices. Elle se démène sur tous les fronts et se lance en solo, en autoproduction.

13-gaelle-buswell-interview-mars2015-la-parizienne

Elle écrit et compose la plupart de ses chansons. Le résultat est prometteur avec la sortie de son 1er album « Yesterday’s Shadow » en 2012, en collaboration avec Neal Black, un album acoustique aux couleurs blues folk qui attire un public sensible à son univers original et authentique. Le titre éponyme sera classé n°1 aux Etats-Unis sur le site Concert Blogger, et sera diffusé sur W9 en France et sur de nombreuses radios étrangères et nationales, notamment TSF Jazz. Son 2eme album « Black to Blue » sorti en juin 2014 et produit avec l’aide de ses fans, attire un nouveau public, et l’Amérique du Nord lui ouvre les bras. Elle est invitée sur le JT de 20h à Saint Pierre et Miquelon diffusé également sur le Canada, réalise son 1er live sur la radio WFDU FM à New York et est sélectionnée « Artiste du Mois » par le magazine Américain Concert Blogger.Gaëlle Buswel est à l’affiche de nombreux événements musicaux et festivals tels que : Le Festival d’Ete de Quebec (Canada), le New Morning, ouvre pour des artistes tels que : UB 40, Louis Bertignac, Nina Attal, Elliot Murphy, Mountain Men… le Lounge music festival avec Cherie fm, le Festival Blues au Féminin, La Nuit de la Guitare, Le Grand’Angle, Le Cabaret Sauvage, le Divan du Monde, Musik à Manosque avec Les Tambours du Bronx devant plus de 10 500 personnes, en Angleterre, en Allemagne…

450-gaelle-buswell-interview-mars2015-la-parizienne

Elle joue pour la série Vampires Diaries lors de la venue des acteurs en France et assure la première partie de Tyler Hilton de la série Les Frères Scott. Elle se produit en Pologne et au Canada en 2014. C’est donc aujourd’hui ses propres titres et son univers musical coloré par ses influences blues rock, folk et pop mais bien ancré dans son époque, que Gaëlle Buswel partage avec son public. Des textes qui vous touchent en plein coeur, des mélodies qui vous saisissent et vous transportent. Sa capacité à traduire sa vision du monde en musique font d’elle une artiste complète, sincère, unique. Une artiste authentique suivie de très près par des milliers de fans venant des 4 coins du monde passionnés par sa musique aux couleurs américaines.

740-Couverture-album-gaelle-buswell-la-parizienne

DISCOGRAPHIE

BLACK TO BLUE (Novembre 2014)

A Recorded at Terrific Studios, Paris , France.

Produced by Didier Thery & Gaëlle Buswel © 2014

1. Secret Door

2. Lya

3. The joker

4. Nobody knows you

5. Selfish Game

6. Black to Blue

7. Romance Trap

8. Confessions and lies

9. Somehow

10. The weight (Featuring Neal Black,

Elliot Murphy, JC Pagnucco)

11. I dont need nobody

12. Black Delta Dirt

13. Lingering shadow

14. For you (Featuring Patrick Rondat)

Filmée à l’Idol Hôtel – 16 rue d’Edimbourg – 75008- Paris

> Site Officiel de Gaëlle Buswel

> Page Facebook de Gaëlle Buswel

> Twitter de Gaëlle Buswel

Previous post

Une belle lettre d'Elise

Next post

Les perles de la Comédie Française au cinéma

La PariZienne

La PariZienne

2 Comments

  1. Dean
    8 avril 2015 at 21 h 11 min — Répondre

    Amazing artist! So talented! Hope to see her in Canada soon

  2. Dom
    8 avril 2015 at 22 h 31 min — Répondre

    superbe interview, superbe artiste

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *